L'Elite T3 : dernière épreuve de Joëlle Charbonneau Version imprimable

Note : 2.4/5 (8 notes)

Mots-clés :

Quel plaisir de retrouver Cia et ses amis. Les survivants du Test intègrent à présent l'université mais les épreuves ne sont pas terminées pour autant.... Ces 276 pages sont à la fois peu et beaucoup pour terminer cette trilogie palpitante. J'ai trouvé quelques incohérences dans la fin proposée par l'auteur mais je suis sans doute tatillonne. Cela n'a cependant pas gâché mon plaisir et j'ai suivi les dernières aventures de nos héros avec beaucoup de plaisir.

Ce que j'ai apprécié, ce sont les retournements de situations convaincants. Ce n'est pas forcément évident d'être original dans l'écriture d'un troisième tome, notamment dans une dystopie où en règle générale c'est le tour de la rébellion de prendre les rennes du récit. La rébellion est bien présente mais l'auteur réserve aux lecteurs des surprises de taille. Tout en respectant les codes du genre, Joëlle Charbonneau a su y apporter quelques nouveautés bien agréables.

Une fois le livre refermé, je me suis mise à réfléchir à la tournure que pourrait prendre la suite de l'histoire. Cia, Thomas, Will, Raffe, Ian et les autres sont des personnages que j'aimerais retrouver un jour à l'écran car tous les ingrédients sont là pour un film d'aventure à la " Hunger Games " ou " Le Labyrinthe ".

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

L'Elite T3 : dernière épreuve
de Joëlle  Charbonneau - Milan jeunesse (2016). Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Je suis qui je suis de Catherine Grive Version imprimable

Note : 2.9/5 (11 notes)

Mots-clés :

J'avoue avoir bien du mal à vous parler de ce sur la quête d'identité. Difficile en effet d'en parler sans en dire trop.

J'ai trouvé ce bien écrit, sensible et réaliste. L'adolescence est une période cruciale qui permet de se structurer. C'est une période difficile où on s'interroge beaucoup, notamment quand on a l'impression, à tord ou à raison, de ne correspondre à aucune autre personne. Comment devenir adulte quand des chagrins trop grands pour nous, nous retiennent dans l'enfance ? Comment exister aux yeux des autres quand on ne sait pas qui on est ? En  127 pages, Catherine Grive nous livre un bout de vérité possible.
Un initiatique sur la quête d'identité à mettre entre toutes les mains.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Je suis qui je suis de Catherine Grive - Rouergue (2016). Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L'épreuve 4 : Avant le labyrinthe : l'ordre de tuer de James Dashner Version imprimable

Note : 2.8/5 (11 notes)

Mots-clés :

Au départ, je me suis demandé quel était l'intérêt de cette préquelle si ce n'est pour le business ? Dès le début de ma lecture je me suis vite aperçue que contrairement à la préquelle de "Divergente", celle-ci apportait un plus à l'histoire de la saga. Des personnages nouveaux, une histoire qui se déroule 13 ans avant et quelques éclaircissements font de ce un véritable atout pour la série.
Je l'ai lu avec autant de plaisir et d'impatience que les trois précédents tomes. Une réussite.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Avant le labyrinthe T4 : l'ordre de tuer de James Dashner - PKJ (2015). Le Réserver ?*
L'épreuve T1. Le Réserver ? Lire la critique ici
L'épreuve T2 . Le Réserver ?. Lire la critique ici
L'épreuve T3
. Le Réserver ?. Lire la critique ici

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu Version imprimable

Note : 2.6/5 (17 notes)

Mots-clés :

"Les gens ne deviennent pas méchants du jour au lendemain. Mais laissez-leur un temps d'adaptation et ils seront capables du pire". Voilà ce qu'on peut lire sur la 4ème de couverture. Et le démontre avec brio que c'est vrai.

Après une fête, la rumeur court qu'Alice a couché avec deux garçons à la suite (je suis à chaque fois choquée de constater que quand un garçon couche avec deux filles dans une même soirée, les réactions sont complètement différentes). Les bonnes âmes de son lycée s'empressent de répandre la rumeur, ce qui met Alice au ban de cette micro société qu'est le lycée. Malheureusement pour elle, quelques temps après, le quaterback, et accessoirement un des deux garçons cités plus haut, adulé de la ville et du lycée, se tue en voiture. Et c'est bien évidemment la faute d'Alice, à cause de sextos explicites qu'elle n'arrêtait pas de lui envoyer. La petite vie tranquille d'Alice tourne au cauchemar. Tout le monde lui tourne le dos, sa meilleure amie la fuit comme la peste, les autres ricanent, lancent et écrivent sur le mur des Toilettes de la Honte, les pires rumeurs : Alice a couché avec tout un tas de personnes, elle a avorté… Alice est mauvaise et sert de bouc émissaire à tout le monde. De jeune fille bien dans sa peau, elle devient l'ombre de ce qu'elle était.

Dans cette histoire, chacun s'exprime à tour de rôle : le meilleur ami, l'ex petite amie, la meilleure amie, le voisin… chacun a sa vérité et colporte la rumeur par honte, par vengeance, par facilité, par crainte, pour le plaisir… sauf Alice qui se tait.
J'ai beaucoup aimé ce qui traite du harcèlement. Ce n'est sans doute pas de la grande littérature, la façon dont l'auteur a construit son histoire est efficace et j'avoue avoir été touchée par ce qu'il arrive à Alice. Ah ! empathie quand tu nous tiens !

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu - PKJ (2016). Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L'histoire (presque) vraie de Cedar B. Hartley qui voulait vivre une vie peu ordinaire de Martine Murray Version imprimable

Note : 2.7/5 (14 notes)

Mots-clés :

J'ai adoré cette petite  Cedar B. Hartley. Sa façon d'affronter ses ennemis, son imagination débordante, sa farouche détermination, son amitié indéflectible… Le départ de son frère Barnaby, la mort de son père ont laissé des traces. A ce propos, j'ai trouvé que l'histoire avec Barnaby n'était pas très réaliste : un garçon de 16 ans qui disparait de son internat et qui va vivre de petits boulots, rencontrer un oncle dont il ignorait l'existence, envoyer régulièrement des cartes postales de la ville où il vit... sans que sa mère ou la police fasse des recherches plus poussées ? J'ai du mal à y croire. De plus, je trouve que ça donne un côté romantique à la fugue, bien loin de la réalité.
Ceci mis à part je recommande ce romans qui est passionnant, drôle et qui renseigne le sur tout un tas d'acrobaties, dessins à l'appui.  C'est une ode à l'amitié et au respect de l'autre dans toutes ses différences. Rafraichissant.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

L'histoire (presque) vraie de Cedar B. Hartley qui voulait vivre une vie peu ordinaire de Martine Murray - Mijade, 2012. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail