Sentiment 26 de Gemma Malley Version imprimable

Note : 1.9/5 (7 notes)

Mots-clés :

Harmonie artificielle Evie, 16 ans, mène une vie presque tranquille dans La Cité où le Système prend soin de tout le monde, classe ou déclasse, sait tout ce que font et pensent les personnes, pourvoit à tout : nourriture, confort... Evie, aime Raffy mais Lucas, le frère de Raffy, a des vues sur elle. Evie, fait des cauchemars qui lui valent les reproches de sa mère et elle culpabilise à cause des émotions qui l'assaillent. Car dans La Cité, à cause des Horreurs, l'amour et la haine ont été bannis. Quiconque déroge à cette règle se voit rétrograder de classe et pire même risque de devoir subir le Second baptême. Alors, le jour ou Raffy découvre la faille et se voit expulser par le Frère, sur les terres des Maudits, Evie s'enfuit avec lui...
J'ai découvert cet auteur avec "La déclaration". Tout comme cette trilogie, l'histoire a du mal à se lancer, beaucoup de description, d'attente. C'est un peu lent. Mais au fur et à mesure l'histoire prend du rythme et devient passionnante. Evie, Raffy et Lucas forment un trio atypique mais crédible. L'histoire sans être exceptionnellement novatrice met en avant une société "Big brother" ou sous couvert d'apporter la sérénité aux citoyens, le Système surveille tout et sème le discrédit et le rejet sur ceux qui sont soupçonnés d'être des êtres subversifs. Une société idéale en apparence mais invivable en réalité.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Sentiment 26 de Gemma Malley - Michel Lafon. Le Réserver ?

La Déclaration. Lire la critique iciLe Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Petite Audrey de Ruth White Version imprimable

Note : 4.3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Jewell Valley est une ville minière des Etats-Unis dans les années 1940. La famille White tente tant bien que mal d'y survivre. Audrey, la narratrice est l'ainée. Elle a trois petites soeurs qu'elle surnomment "les petits cochons". Sa mère a des moments d'absence dûs à la perte de son dernier enfant. Le père travaille à la mine. Chaque semaine il ramène sa paye, sous forme de ticket, mais en dépense une bonne partie à faire la tournée des bars avec ses copains. C'est un homme qui peut se montrer violent à cause de l'alcool ou doux, notamment avec Audrey qui sort d'une grave maladie et qui a du mal à s'en remettre. Le quotidien de cette famille c'est l'argent qui manque, la faim qui tenaille, les absences du père. Tiré des souvenirs d'enfance de l'auteur, ce raconte la vie rude des mineurs de charbon dans les années 40. La misère, l'entraide, la faim, l'alcool, la mort omniprésente... la vie est dure, mais des moments de bonheur bercent certains moments de ce sombre quotidien. C'est un récit sobre, touchant et édifiant. Un très bon moment de lecture.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Petite Audrey de Ruth White - Ed. Thierry Magnier. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

Silhouette de Jean-Claude Mourlevat Version imprimable

Note : 4/5 (3 notes)

Mots-clés :

Jean-Claude Mourlevat a l'art et la manière de manipuler le lecteur autant que le destin de ses personnages.
Les 10 nouvelles de ce recueil sont bien différentes les unes des autres mais dans chacune l'auteur raconte avec tendresse, malice et beaucoup d'humour les aventures de héros ordinaires.
Ce recueil, paru dans une collection ado, devrait particulièrement passionner les adultes.

Jérémy - bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Silhouette de Jean-Claude Mourlevat - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

Ce que j’ai oublié de te dire de Joyce Carol Oates Version imprimable

Note : 5/5 (3 notes)

Mots-clés :

Étrange à trois voix, trois adolescentes qui nous plongent dans les tourments de l’adolescence. Tink, Merissa et Nadia. Tink, la rebelle s'est suicidée à 17 ans après avoir envoyé un message laconique à ses amies : "salut les filles, vous reverrez sûrement pas avant un certain temps. Vous adorent mais me sens genre au bout du rouleau". Pourquoi Tink s’est suicidée ? Pourquoi ses amis n’ont rien vu ? Comment expliqué cette mort et continué à vivre ? Tink avait un secret, un secret très lourd, mais jamais elle ne leur a confié son tourment... Merissa, élève brillante, belle, très heureuse en apparence, tout lui réussi mais la mort de Tink fait voler en éclats cette apparence de perfection. Et Nadia encore choqué par la disparition de son amie, s'accroche à quelqu'un qu'elle ne devrait pas…Chacune est seule avec des secrets qu'elles ne pouvaient partager qu'avec Tink.
Comme d’habitude, lire un de c'est plonger dans un univers où les personnages sont prisonniers de leur solitude. Je me demande comment elle a pu raconter, décrire avec autant de justesse les affres de l’adolescence.
Ce est absolument superbe, à l’atmosphère parfois étrange, dérangeante… En lisant ce , j’ai pensé à « Virgin suicides » un de Jeffrey Eugenides et un film de Sofia Coppola.

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

Ce que j’ai oublié de te dire de - Wiz. Albin Michel. Le Réserver ?
Virgin suicides de Jeffrey Eugenides. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le grand déballage de E.L. Konigsburg Version imprimable

Note : 4.5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Amedeo est fasciné par Mme Zender sa voisine, une vieille cantatrice excentrique. Il vient d'emménager avec sa mère dans un quartier résidentiel de Floride. Lors de son premier jour d'école, il rencontre William, un garçon énigmatique, peu bavard. Tous les deux ont comme point commun, Mme Zender. Ils vont se retrouver à trier les affaires de Mme Zender qui doit partir vivre en maison de retraite...

J'ai mis longtemps à emprunter ce car la couverture ne donne pas envie d'en savoir plus… et comme on dit souvent
"il ne faut pas juger un livre à sa couverture"… Le début est un peu long mais tous les éléments se mettent en place doucement. Une fois qu'on est au coeur de l'histoire c'est passionnant. L'auteur évoque le trafic d'oeuvres d'art par les nazis durant la Seconde guerre mondiale. Mais aussi que certains nazis n'ont jamais été condamné pour leurs crimes. Ce est une bonne façon d'aborder ce sujet et de l'apprendre aux nouvelles générations. Instructif, intéressant et intemporel.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Le grand déballage de E.L. Konigsburg - Bayard Millezime. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail