Le Premier homme d'Albert Camus Version imprimable

Note : 3.5/5 (2 notes)

Mots-clés :

posthume et inachevé, l’auteur étant mort le 4 janvier 1960… De Jaeghere, journaliste et écrivain français dit : « Il s’était abstenu d’écrire son histoire, il n’ouvrait pas la porte de son jardin secret. » L’histoire d’une quête, d’une recherche du père, du secret d’une famille… Camus décrit un héros qui lui ressemble, Jacques Cormery. Il est né dans un coin perdu en Algérie à la veille de la guerre de 1914. Il n’a jamais connu son père décédé au combat durant la première année de la guerre. Il a été élevé par sa mère et surtout par sa grand-mère à Alger. Avec ce , nous sommes dans les confidences, les émotions réelles…C’est l’histoire d’un orphelin inconsolable…  sans qu’un père (ou une mère ou un substitut) ne lui ait transmis une religion, une morale. Sa famille était analphabète, mais considérait qu’elle était une race noble, il en était fier et aimant. C’est très touchant lorsqu’il nous raconte l’histoire de sa mère et leur relation. Il nous décrit ce paradoxe : ces gens pauvres au milieu de la beauté du monde : « […] j’ai mené sous le soleil la vie fastueuse d’un roi… » J’ai lu ce avec une grande émotion ; c’est une belle écriture, des tournures de phrases que nous n’utilisons presque plus, malheureusement, aujourd’hui. Et c’est une profonde réflexion sur l’héritage, la transmission, qui m’a fait du bien, ayant été orpheline également à un an. C’est un coup de cœur !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Le Premier homme d'Albert Camus - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Un bonheur parfait de James Salter Version imprimable

Note : 3.5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Nédra et Viri s'aiment, partageant une vie harmonieuse avec leurs deux filles Franca et Danny, dans une belle maison prés de New York. Viri est architecte et passionné par son travail. Nédra est belle et séduisante et s'occupe de la maison, des enfants, et des nombreux invités qui fréquentent le couple. On est entre " bobos ", artistes, " intellos " et mondains, excentriques mais avec modération. Car les apparences sont trompeuses et avec le temps l'image idyllique se fissure. C'est une histoire d'adultes qui sont restés des enfants gâtés, incapables d'apprécier leur chance et leurs privilèges, et l'auteur , à l'aide de phrases courtes, décrit les désarrois humains et nous montre la lente destruction d'un couple qui a tout pour réussir. Salter vise juste avec mélancolie et fatalisme.

Annie - Membre des Lectures Irresistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H. Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Un bonheur parfait  de James Salter - L'Olivier. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Nulle part dans la maison de mon père d'Assia Djebar Version imprimable

Note : 2.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Assia Djebar est décédée en février 2015. Écrivaine, historienne, professeure au Maghreb, en France et aux États-Unis, elle fut la première maghrébine à être élue à l’Académie française. Elle a même reçu un doctorat honoris causa de l’Université Concordia à Montréal. Ce livre est son dernier ouvrage. Il raconte la vie d’une jeune Algérienne dont le père est instituteur et qui souhaite que sa fille poursuive des études universitaires. Cette jeune fille, qui fréquente un lycée où étudient des Algériennes musulmanes et des Françaises laïques, est partagée entre les interdits (de montrer ses jambes, de marcher sur la rue avec un jeune homme, de se dévoiler) et le désir d’une liberté qui est accessible aux « autres ». Présenté comme un , ce livre est en partie autobiographique. On dirait aussi une sorte de testament de fin de vie, dans lequel l’écrivaine se reproche d’avoir passé sous silence l’essentiel de son expérience déchirée entre deux cultures.

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Nulle part dans la maison de mon père d'Assia Djebar - Fayard. Le Réserver ?

Lire aussi la critique de ici.

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La carte du monde de Jane Hamilton Version imprimable

Note : 3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Cette histoire se déroule dans une petite ferme laitière du Wisconsin, où un jeune couple vit heureux avec leurs deux jeunes enfants. Mais un matin d’été plusieurs vies vont être détruites à cause d’un moment d’inattention d’Alice, la jeune maman. Sa meilleure amie lui a confié la garde de sa petite fille. Alice, absorbée par la contemplation « de la carte du monde » qu’elle avait dessinée étant gamine, ne se rend pas compte que la petite fille s’est échappée pour rejoindre la mare toute proche. Commence alors pour les deux couples, mais surtout pour Alice, un véritable cauchemar. Elle devra continuer à vivre avec la culpabilité, la trahison. Ce livre est bouleversant, les personnages inoubliables. On ne sort pas indemne de ce récit. J’ai beaucoup aimé.

Jacqueline - Membre des Lectures Irresistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H. Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

La carte du monde de Jane Hamilton - Archipel. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La Voyageuse de nuit de Françoise Chandernagor Version imprimable

Note : 3.8/5 (4 notes)

Mots-clés :

J’ai été agréablement surprise de lire un contemporain et d’ de cette auteure de l’Académie Goncourt. Quatre filles se relaient au chevet de leur mère, Olga, en train de mourir dans une unité de soins palliatifs. Olga a toute sa tête, mais elle a décidé, plusieurs mois avant sa mort, de fermer les yeux et de se murer dans le silence. Une attitude qui plonge ses filles dans le désarroi et qui va les obliger, elles, pour comprendre, à ouvrir les leurs et à revisiter tout leur passé familial. Famille très spéciale avec une mère omniprésente et un père absent. On comprendra à la toute fin du le pourquoi de l’absence du père… Comment traduire toute l’émotion qui nous habite à la lecture de ce livre, car toutes les familles ont des secrets…

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

La Voyageuse de nuit
de Chandernagor Françoise - Gallimard. Le  Réserver ?

Site de l'auteure ici

D'autres conseils de lectures sur notre portail