Les Fantômes du chapelier de Georges Simenon Version imprimable

Note : 3/5 (2 notes)

Mots-clés :

Encore une fois, un tout petit qui nous éblouit par sa simplicité. Mais quelle étude de caractères ! Ici, M. Labbé, un homme apprécié de sa communauté, un homme comme vous et moi que vous croisez et saluez chaque jour, un homme jovial qui aime la vie, est en réalité un meurtrier. Un meurtrier qui ne tue pas n’importe qui… En fait, il a ses raisons de tuer des femmes.
Claude Chabrol a réalisé, en 1982, un film tiré de ce mettant en vedette Michel Serrault et Charles Aznavour. Inoubliable !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Les Fantômes du chapelier
de Georges Simenon - LGF. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L’homme qui marche d'Yves Bichet Version imprimable

Note : 2.7/5 (6 notes)

Mots-clés :

Robert Coublevie marche, marche afin d’oublier le départ de sa femme. Il arpente les montagnes.
Il fait un bond à la ville et ainsi, il est confronté aux tumultes, aux tourments de ceux et celles qu’il rencontre. Au Café du Nord, il se prend d’amitié pour Camille, la fille du propriétaire. Elle a seize ans et elle cache de nombreux secrets. Ce livre est bien écrit et capte notre intérêt. Bonne lecture !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

L’homme qui marche d'Yves Bichet - Mercure. Le Réserver ?

Chez nous de Marylinne Robinson Version imprimable

Note : 3.2/5 (6 notes)

Mots-clés :

Gilead, Iowa. Années 50. Le révérend Boughton est en fin de vie. Sa fille, Glory, 38 ans, est revenue pour s’occuper de lui. Mais elle n’est pas la seule. Jack, l’un des 4 fils du révérend est revenu après 20 ans d’absence. C’est le retour du fils prodigue et tout ce que cela implique. La religion presbytérienne et ses principes ont rythmé chaque jour de la famille du révérend. Seul Jack préférait fuguer, s’amuser, voler, mentir. Aussi, lorsqu’il a été en âge de partir à l’université, il a quitté Gilead pour mener sa vie, une vie qui fut loin d’être brillante. C’est donc un homme changé que Glory et le révérend retrouvent. Mais cela importe peu. Le révérend va tout faire pour retrouver le Jack qu’il a connu, essayer de le comprendre et surtout de comprendre pourquoi il a échoué avec lui. Jour après jour, chacun va réapprendre à se connaître, à se faire confiance. Pourtant, la culpabilité, la honte, la colère contenue hantent Jack qui n’arrive pas à se pardonner. Magnifique sur le pardon d'un père et l'impossibilité de pardon d'un fils envers lui-même. J'ai été émue par le personnage de Jack qui ne cesse d'étonner, d'attendrir et qui, malgré son histoire, est d'une très grande humanité.

- bibliothécaire à la Médiathéque Simone de Beauvoir participant des Lectures Irrésistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H. Une suggestion de lecture proposée au club des

Chez nous de Marylinne Robinson - Actes sud. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

Le pays où l’on ne meurt jamais d'Ornela Vorpsi Version imprimable

Note : 2.2/5 (4 notes)

Mots-clés :

Sur un ton faussement joyeux, Elona-Ornela-Eva, nous raconte l’histoire de son enfance et de son adolescence, dans son pays qu’est l’Albanie pendant la dictature. Entre un père, qui est en prison pour d’indéfinissables raisons politiques, une mère et une grand-mère qui l’aiment mais sont prisonnières du machisme ambiant, la vie est très dure et l’envie de fuir est grande.
Comment projeter sa vie dans le futur quand on est submergé par la survie quotidienne ?
Livre sublime où tout est dit avec tendresse et amour.

Bernadette
- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Le pays où l’on ne meurt jamais d'Ornela Vorpsi - Actes Sud. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

Quelques-uns des cent regrets de Philippe Claudel Version imprimable

Note : 2.2/5 (6 notes)

Mots-clés :

Je dois dire d’emblée que je suis une « fan » de Philippe Claudel, dont je viens de terminer ce . Encore ici, on retrouve un auteur qui nous accroche dès les premières pages et nous fait passer par toute une gamme d’émotions, en se mettant dans la peau d’un homme d’une trentaine d’années qui a quitté brutalement la maison à l’adolescence. Il retourne pour la première fois dans son village natal, pour enterrer sa mère. Des pluies abondantes et des crues inondent le village. Durant les trois jours qu’il passera surgissent les figures disparues, celle de la mère bien sûr, jadis aimée plus que tout, et celle plus inquiétante du père absent dont la légende dit qu’Il est mort dans une guerre lointaine. D’autres personnages, bien que secondaires, sont aussi là pour notre plus grand plaisir littéraire, avec leur vies, leurs peines, leur compassion ou leur apparente dureté… Quel écrivain que ce Claudel ! Rien de trop, jamais, mais toujours juste ce qu’il faut pour nous  humaniser ses récits, leur donner de l’épaisseur et créer un climat qui entraîne ses lecteurs dans un monde dont on ne se détache qu’à regret. Comment ne pas être touché par ce poignant où, par petites touches, Philippe Claudel explore l’amour filial avec une extrême délicatesse et une surprenante réserve. Croyez-moi : lire cet auteur, c’est l’aimer et l’adopter !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.


Quelques-uns des cent regrets de Philippe Claudel - Stock. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail