Seul dans Berlin de Hans Fallada Version imprimable

Note : 4/5 (2 notes)

Mots-clés :

« L’un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ». Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Primo Levi, l’auteur du gigantesque Si c’est un homme (1947). La vie sous le IIIe Reich au détour des années 40. Quand toutes formes d’affirmation de soi sont réduites à zéro. Le Reich triomphant. La résistance et la délation. Le courage de se tenir debout, malgré la torture. L’histoire, entre autres, de simples citoyens (un menuisier et sa femme) qui décident de distribuer des tracts antihitlériens. Le caractère à la fois dérisoire et héroïque du geste. La Gestapo veille au grain, bien sûr. Quelque 700 pages sans entourloupette narrative pour ralentir le déroulement de l’histoire. D’un trait : Fallada a du souffle et nous tient bien rivé au récit, même si on sait que ça va mal tourner. Belle leçon d’écriture. Un grand témoignage.

Une suggestion de lecture proposée par un lecteur de Montréal membre du club des Irresistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.


Seul dans Berlin de Hans Fallada - Denoël. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le confident d'Hélène Grémillon Version imprimable

Note : 2.6/5 (5 notes)

Mots-clés :

Camille Werner reçoit de longues lettres anonymes. Editrice, elle pense qu’un auteur a peut-être trouvé là un moyen original de faire connaître son œuvre. Cependant, l’histoire de Louis et d’Annie que racontent ces lettres, l’intrigue, la fascinent. Elle trouve une étrange et évidente ressemblance entre Annie et elle. Et pour cause ! Louis, l’amour de jeunesse d’Annie, livre en fait à Camille les cahiers dans lesquels il a retracé jour après jour le destin d’Annie et… de Camille elle-même, fille d’Annie. Parce qu’Annie, par générosité, à 19 ans, et alors qu’elle fréquente l’atelier artistique de la riche Mme M., a décidé devant le désarroi de cette femme stérile d’être la mère porteuse de son enfant. Ce que n’avait pas prévu Mme M., c’est que Paul, son mari, et Annie, allaient tomber amoureux. Le découvrant, Mme M. poussera Annie hors de chez elle, livrée à la rue, à la déchéance, au suicide. L’ensemble se déroule sur fond de guerre entre 39 et 45. Un début de un peu long à cause de l’alternance systématique des voix, un chapitre Louis, un chapitre Annie, etc. puis plus linéaire et captivant dans la deuxième partie, donnant au lecteur une vive envie de connaître l’issue de cette intrigue sombre, inhabituelle, riche, palpitante.

Bernard, lecteur du troc lecture. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H.Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.
Le confident d'Hélène Grémillon - Folio. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail


Une autre idée du bonheur de Marc Lévy Version imprimable

Note : 2.2/5 (5 notes)

Mots-clés :

Agatha s’évade de prison après 30 ans, alors qu’il ne lui reste que cinq années à faire. Pourquoi ?
Elle braque son pistolet vers Milly, une inconnue, et lui ordonne de conduire ; s’ensuivra une cavale qui les mènera l’une et l’autre dans des mondes inconnus, tant aventureux qu’émotionnels.
Elles en retireront beaucoup et nous nous attacherons à elles dans ce suspense qui se lit d’une traite, facilement.
Une bonne lecture d’été.

Une suggestion de lecture proposée par un lecteur de Montréal membre du club des Irresistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Une autre idée du bonheur de Marc Lévy - Robert Laffont. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le bleu des abeilles de Laura Alcoba Version imprimable

Note : 3.2/5 (5 notes)

Mots-clés :

Brève histoire autobiographique d’une fillette argentine d’une dizaine d’année qui va découvrir la France et la langue française. Son père est en prison pour avoir contesté le régime dictatorial, sa mère est déjà arrivée en France fuyant elle aussi la dictature. Elle attend depuis longtemps, 2 ans c’est long pour un enfant, et elle apprend le français avec Noémie. Un jour, elle peut enfin partir pour ce pays qu’elle a totalement idéalisé par ses lectures. En fait de Paris, elle se retrouve au Blanc-Mesnil, à la Voie Verte, cité où les étrangers sont regroupés. Alors se sont eux qu'elle va d’abord fréquenter, parce qu’ils lui ressemblent, parce qu’ils ont du mal avec le français, cette langue qu’elle veut absolument maîtriser très vite pour faire oublier ses origines. Appliquée et tenace, elle est ravie de découvrir des lettres comme le « ç », elle est ébahie devant les voyelles et leur prononciation, spécialement le « u » ou le « e » muet. Elle correspond chaque semaine avec son père. Il lui a parlé d’un livre de Maeterlinck qu’il a pu se procurer en prison, où est évoqué le goût prééminent des abeilles pour les fleurs de couleur bleue. Alors elle va chercher dans la bibliothèque et trouver un livre de Queneau : « Les fleurs bleues », que la bibliothécaire ne veut pas lui confier car elle ne la croit pas capable de le lire. L’enfant résiste et va jusqu’au bout de sa lecture, sans toutefois toujours comprendre le sens. du quotidien d’une enfant immigrée qui s’étonne et s’émerveille de tout, se contente du peu que sa mère trouve chez Emmaüs et au Secours catholique. Généreuse, elle fréquente et défend, à sa manière les faibles, les victimes. Courageuse, persévérante, pleine de vie et de fraîcheur, elle apprend la dure langue française avec ravissement et patience jusqu’au jour où victoire, elle pense en français ! Un bel hymne au courage, une candeur agréable et bienfaisante dans la morosité et les murmures ambiants !

Bernard, lecteur du troc lecture. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H.Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.
Le bleu des abeilles de Laura Alcoba - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Notre assassin de Joseph Roth Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Dès la troisième page, je suis conquise : écriture haletante et histoire palpitante. Avant même de l’ouvrir, le livre traduit de l’allemand ne m’attirait pas. Lieux : Paris, Moscou, mais tellement bien décrits ; bref, un très bon moment de lecture. « Le récit de Notre assassin se déroule tout entier dans un bar parisien où se retrouvent des habitués venus de l’autre bout de l’Europe. Le narrateur, journaliste un peu paumé connaissant bien les pays slaves, y tient aussi ses quartiers. Un des clients, un soir de beuverie, raconte son histoire : misère, trahison, errance.
Tout l’univers de Roth est de cette scintillante noirceur – celle de Satan. On y retrouve la Russie de l’enfance, celle des moujiks écrasés et des princes insolents, celle des mouchards et des folies à la française. »
que l’on retrouve aussi sous le titre La Confession d’un meurtrier.

Une suggestion de lecture proposée par un lecteur de Montréal membre du club des Irresistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Notre assassin
de Joseh Roth - Folies d'Encre. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail