Le paradis un peu plus loin de Mario Vargas LLosa Version imprimable

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :

L'auteur péruvien Mario Vargas llosa fait revivre dans cet ouvrage deux personnages de la même famille qui, chacun dans leur domaine, ont joué un rôle important au 19 ème siècle. Le père de Flora Tristan est un riche Péruvien mais il meurt alors qu'elle est très jeune. Le mariage de ses parents, contracté en Espagne, n'a pas de valeur pour l'état civil français. Elle se à 17 ans avec un artisan parisien et aura 3 enfants. Elle quitte rapidement son époux et part au Pérou pour tenter de faire reconnaître ses droits sur l'héritage de son père. Elle vivra un an dans sa famille péruvienne mais n'obtiendra rien. De retour en France elle milite pour la défense de la cause ouvrière et les droits des femmes. Elle meurt en 1844. Elle n'aura jamais connu son petit fils Paul, né en 1848 de Mr Gaughin, journaliste et de la fille de Flora.
Chassée par Napoléon 3, la famille émigre au Pérou. Le papa meurt sur le bateau et la maman de Paul rentrera 6 ans plus tard en France avec ses deux enfants. Mario Vargas Llosa nous fait passer d'un personnage à l'autre et l'on suit à la fois Flora dans sa traversée de la France pour essayer de rallier les ouvriers à la cause qu'elle défend et Gaughin tout au long de sa vie, jusqu'à sa mort en 1903 aux îles Marquises.

Annie - Membre des Lectures Irrésistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H. Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Le paradis un peu plus loin de Mario Vargas LLosa - Gallimard. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Si c’était à refaire de Marc Levy Version imprimable

Note : 4/5 (1 note)

Mots-clés :

Un journaliste d’enquête du New York Times, après avoir réalisé un reportage exceptionnel sur l’adoption frauduleuse et criminelle d’enfants chinois, se voit confier une autre enquête tout aussi horrible : l’enlèvement d’enfants de militants de gauche par la junte argentine. Durant son enquête, il est assassiné. Mais bizarrement, il reprend connaissance trois mois plus tôt et essaye de retrouver son assassin. Marc Levy est un excellent écrivain. Il possède l’art de nous captiver, de nous intéresser habilement. Le sujet du , les adoptions frauduleuses d’enfants, est fascinant et plus particulièrement sous l’angle des conséquences, pour les enfants adoptés ou non, de découvrir la vérité qui, il faut bien le dire, peut-être aussi cruelle que le fait lui-même. Même si au premier abord cela semble être traité de façon légère, ce n’est pas du tout le cas. Quant à la reprise de conscience du personnage principal du , je vous laisse découvrir l’astuce.

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Si c’était à refaire de Marc Levy - Robert Laffont. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L'autre fille d'Annie Ernaux Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Un texte court, une « lettre » à l’absente dont l’existence si impalpable a pourtant affecté profondément une petite fille. Annie Ernaux, née en 1940, apprend à l’âge de 10 ans qu’elle a eu une sœur, morte en avril 1938. En s’adressant à cette enfant emportée par la diphtérie à six ans, elle assume ceci : « Je n’écris pas parce que tu es morte.
Tu es morte pour que j’écrive, ça fait une grande différence. » Les phrases sont construites autour d’une absence. « Je ne peux pas faire un récit de toi… T’écrire, ce n’est rien d’autre que faire le tour de ton absence… » Annie Ernaux fouille dans sa mémoire les traces encore visibles (cartable, photos…) ou les échos (famille, voisins…) de celle dont la disparition a permis sa naissance comme elle le dit dans
La Place (1983) : « Je suis venue au monde parce que tu es morte et je t’ai remplacée. »

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

L'autre fille d'Annie Ernaux - NIL. Le Réserver ?*
La place. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L'amie prodigieuse T1 d'Elena Ferrante Version imprimable

Note : 4/5 (2 notes)

Mots-clés :

Deux amies, Elena et , vivent dans un quartier défavorisé de Naples à la fin des années cinquante. , la surdouée, abandonne rapidement ses études pour aller travailler avec son frère dans la cordonnerie familiale. Elena, en revanche, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. , rebelle, secrète, fascine et inquiète la narratrice, Elena. Les chemins de ces deux jeunes filles parfois s'écartent et parfois se rencontrent dans cette banlieue de Naples aux rues sales, poussiéreuses et défigurées par les immeubles modernes en construction. Les familles Cerucco, Greco, Carraci, Pelluzo et tous les autres habitants des vieilles maisons se côtoient tout en se jalousant, se rivalisant, se craignant. Les uns crient, les autres s'insultent, les pères frappent leur femmes et leurs enfants, les frères cognent pour un simple regard qu'ils jugent déplacé. Mais au delà de tout ce qu'elles vivent, ce qui prime pour et Elena, c'est la force qui les unit, le lien indéfectible qu 'elles ont tissé. Le sous- titre de ce est " Enfance et adolescence ",  l'ambition de l'auteur étant d'écrire la vie d'une femme de son enfance à l'âge de soixante-dix ans. Le deuxième tome  Le nouveau nom est sorti en janvier 2016.

Annie - Membre des Lectures Irrésistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H. Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Lire la critique d'un de Montréal ici


L'amie prodigieuse T1  d'Elena Ferrante - Gallimard. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Mon nom est Rouge d'Orhan Pamuk Version imprimable

Note : 2.8/5 (8 notes)

Mots-clés :

Livre polyphonique en 59 chapitres où, tour à tour, s’expriment des personnages vivants ou morts, un chien dessiné et même une couleur, le Rouge, qui donne son titre au . Nous sommes à Istanbul, à la fin du XVIe siècle, sous l’Empire ottoman. Nous suivons des miniaturistes de l’atelier du Sultan. Confrontation entre l’Occident et l’Orient.
Faut-il peindre comme les artistes de Venise ? Sur fond d’histoire d’amour et de meurtres.
Magnifique, livre passionnant !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

 Mon nom est Rouge d'Orhan Pamuk - Folio. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail