Cellule de Lou Marcouly-Bohringer Version imprimable

Note : 2.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Dans ce premier ouvrage Lou Marcouly-Bohringer, fille de Richard Bohringer, s’est probablement inspirée de la maladie récente de son père pour écrire ce récit vif et touchant. Le personnage principal de ce est une jeune femme âgée de 26 ans. Elle est plutôt passive et peu motivée par la réussite sociale. Elle vivote sans trop se poser de question sur son avenir jusqu’au jour où un coup de fil lui annonçant la maladie de sa mère va bouleverser complètement sa vie. Les tâches au cerveau qui ont été découvertes par les médecins lui font peur, lui font mal, la mort plane désormais sur sa mère. La narratrice va s’engager avec sa mère dans la lutte contre cette tumeur, contre ces cellules qui prolifèrent avec obstination détruisant du même coup le corps qui les abrite. Elle nous fait partager les longues journées et nuits passées auprès de sa mère dans l’incertitude. L’attente interminable, les traitements qui fatiguent le corps et modifient l’apparence de l’être aimé. Le personnel médical parfois brutal mais souvent dévoué qui est là pour soulager la souffrance et pour faire parfois des miracles. La solidarité familiale est également importante pour pouvoir souffler et passer le relai. Ce court texte rappelle à tous ceux qui ont ces moments le désarroi, l’impuissance que l’on éprouve face à la maladie d’un être cher. Cet accompagnement est une véritable épreuve qui transforme sa propre vision de la vie. Nous prenons conscience de la fragilité de notre condition d’humain.
Ce qui m’a manqué dans ce récit c’est le point de vue du malade. Il s’agit d’un parti pris de l’auteur qui déséquilibre le récit et le rend encore plus dramatique. Ce qui donne du courage, de l’énergie, l’envie de se battre auprès d’un malade c’est le partage. Le dialogue s’il est encore possible mais aussi les regards échangés, les sourires, le contact physique. C’est cet échange qui est la clef de tout et qui permet de résister face à l’adversité.

- Bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Cellule de Lou Marcouly-Bohringer - Flammarion. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Crépuscule du tourment de Léonora Miano Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Ce sont 4 voix de femmes que l’on entend dans ce nouveau de l’auteur Léonora Miano. 4 voix de femmes qui s’adressent à un seul et même homme, Dio. Chacune de ces 4 femmes a ou a eu une relation particulière avec lui. La première, Madame, est sa mère. Issue de la bourgeoisie, elle veille à ce que la tradition, le respect des conventions sociales soit maintenu, même si cela doit lui coûter physiquement et moralement. La 2nde, Amandla, est son ancienne amante, amante qu’il a quittée refusant l’engagement malgré l’amour qu’il lui portait. La 3ème, Ixora, est celle qu’il veut épouser même s’il ne l’aime pas. Et la dernière est sa sœur, qui a fui son pays natal pour aller vivre en Europe. Chacune de ces femmes détient une pièce du puzzle pour reconstituer l’histoire que l’auteure nous raconte. Peu à peu, le personnage de Dio s’éfface au profit de ce que nous raconte ces femmes, sur leur histoire, leurs amours, les contraintes imposées par la société.
Ce est surtout le sur comment on devient femme, comment l’on se construit en tant que femme.

- Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Crépuscule du tourment de Léonora Miano - Grasset. Le réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Burn to the run de Bruce Springsteen Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

J’aime beaucoup Bruce Springsteen, j’aime ce qu’il chante, les histoires qu’il raconte sur l’Amérique prolétaire, l’injustice économique, le chômage, le racisme…Springsteen est un fabuleux conteur. Et ce que l’on peut imaginer de cet artiste à travers ses chansons, ses prises de positions…on le retrouve dans cette autobiographie.
Sa vie et son œuvre se confondent. Honnête, sincère, intransigeant et touchant, il n'élude rien de sa vie, de sa dépression, la genèse de ses albums… Plus qu’une star, Bruce Springsteen est une véritable légende vivante de la culture musicale américaine. Issu des classes populaires,  il deviendra au cours du temps leur porte-drapeau et comme l’a dit  l'ancien Président Obama « Je suis le Président mais le Boss c’est Springsteen ».
Venez faire un tour dans le New Jersey et ailleurs en compagnie de Springsteen, vous ne le regretterez pas !

 - bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Burn to the run
de Bruce Springsteen - Albin . Le Réserver ?

Une sélection de
D'autres conseils de lectures sur notre portail


Baba Segi ses épouses leurs secrets de Lola Shoneyin Version imprimable

Note : 3.3/5 (7 notes)

Mots-clés :

Pourquoi Bolanle, séduisante, intelligente, cultivée, fraîche émoulue de l'Université, promise à un avenir brillant, décide-t-elle de devenir la quatrième épouse de Baba Segi de vingt ans son aîné ? Pourquoi choisit-elle de s'enfermer ainsi dans une vie domestique, à la merci d'un homme trivial et inculte, quoique touchant par sa naïveté ? Elle pense qu’ainsi elle aura une vie tranquille, enfin, c’est ce  qu’elle croit…
Voici un petit bijou, plutôt féroce sous ses dehors de gentille farce. L'auteure sait rendre tous ses personnages attachants et la construction en chorale rend le tout très vivant, tout en offrant un panorama de la société nigériane contemporaine.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Baba Segi ses épouses leurs secrets de Lola Shoneyin - Actes Sud. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Dans l’ombre d’Arnaldur Indridason Version imprimable

Note : 3.1/5 (7 notes)

Mots-clés :

Pour le 1er volume de sa trilogie, l’auteur plonge le dans l’Islande de la Seconde guerre mondiale, cette guerre qui marque le début des occupations anglaises et américaines de l’ile. Le corps d’un représentant de commerce est retrouvé dans le salon du fils d’un homme connu pour ses idées pro-nazies. Il a été abattu d’une balle tirée en pleine tête, sur son front, une croix gammée a été dessinée avec son sang. L’enquête va alors être confiée à un jeune policier sans expérience qui vient d’être nommé à la criminelle mais aussi à un militaire américain car la balle trouvée dans le cadavre provient d’une arme américaine. Quel lien existe-t-il entre ce représentant de commerce et les milieux nazis ? D’où vient cette capsule de cyanure retrouvée dans la valise laissée près du corps ? Et pourquoi l’armée américaine s’intéressait à cet homme discret ? Les inconditionnels d’Arnaldur Indridason seront sans doute déçus de ne pas retrouver le torturé Erlendur Sveinsson dans des enquêtes policières. Il n’en demeure pas moins que le est bon, l’intrigue bien menée et au fil des pages, on comprend les implications que représentent au quotidien la présence américaine sur le territoire, l’origine des conflits, de la mésentente entre la population autochtone et la présence d’occupation. Il n’empêche je préfère Erlendur !

- Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Dans l’ombre d’Arnaldur Indridason - Métailié. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail