Gabriel Garcia Marquez Version imprimable

Note : 4/5 (2 notes)

Mots-clés :

« La vie n’est pas ce que l’on a , mais ce dont on se souvient et comment on s’en souvient. »

Gabriel García Márquez est mort jeudi 17 avril à Mexico où il vivait.Il est considéré comme l'un des plus grands écrivains de l'histoire de la littérature de langue espagnole. L'œuvre qui lui a valu la célébrité est "Cent ans de solitude", publié en 1967, traduit depuis en 35 langues et vendu à plus de 30 millions d'exemplaires. Auteur notamment de  "L'Automne du patriarche", "Des feuilles dans la bourrasque", de "L'Amour au temps du choléra" et de "Chronique d'une mort annoncée", publié en 1981, un an avant qu'il reçoive le prix Nobel de Littérature. Il laisse une œuvre riche, lumineuse entre réel et fantastique.


Difficile de résumer ce tellement dense, déjanté, onirique, drôle, tragique mais, tellement magique. José Arcadio Buendia et sa femme Ursula, fondent le village de Macondo, au beau milieu de nulle part. Ce village isolé, devient le centre d'histoires aussi magiques que mystérieuses dans un pays en guerre. Buendia est le chef du village, le patriarche. La famille et le village s'agrandissent, les générations se succèdent... Cent ans de solitude ou l’extraordinaire aventure quotidienne de la famille Buendia. Six générations qui se croisent et se confondent, s’éteignent parfois, se rêvent aussi. Six générations perdues dans les affres de la guerre, de la modernisation, de l’amour et de la rancœur. J’ai lu, dévoré, savouré ce , pourtant la première fois, j'avais abandonné ma lecture au bout de quelques pages. Trop dense, trop touffu...Puis j'ai repris ce bouquin quelques années plus tard, et là, je ne l'ai plus lâché. Il faut se laisser emporter par l’histoire qui est à la fois une saga familiale, une épopée politique et un magnifique récit. Ce est un merveilleux puzzle enchevêtré.

Cent ans de solitude
de Gabriel Garcia Marquez. Le Réserver ?
L'automne du patriarche. Le Réserver ?
Des feuilles dans la bourrasque. Le Réserver ?
L'Amour au temps du choléra. Le Réserver ?
Chronique d'une mort annoncée. Le Réserver ?

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Notre ami Bouteflika de Mohamed Benchicou Version imprimable

Note : 3.3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Les élections démarrent aujourd’hui 17 avril, en Algérie. Il a y 6 candidats pour un fauteuil : Ali Benflis, Moussa Touati, Louisa Hanoune, Ali Fawzi Rebaine, Belaïd Abdelaziz et Abdelaziz Bouteflika, président sortant et candidat à un quatrième mandat. Au pouvoir depuis 1999 (un record de longévité en Algérie), Il est le favori malgré la controverse autour de sa santé. En Algérie, les moins de 30 ans représentent 75% de la population, 30% sont au chômage. Comme beaucoup de pays, l’Algérie doit faire face à des problèmes socio-économiques de taille : l’inflation du chômage, l’augmentation de la pauvreté, l’accès à l’éducation, une économie presque entièrement dépendante des hydrocarbures. Sans compter la corruption qui gangrène le pays ainsi que l’insécurité montante. Pour beaucoup, Bouteflika demeure associé à la paix et à la stabilité. Comment vont se dérouler ces élections ? Quel sera le taux d'abstention ?.
Quel rôle va jouer l'ancien/nouveau président ? Est-ce qu'il va enfin répondre aux revendications de la population. A noter que le FLN est au pouvoir depuis l'indépendance de l'algérie en 1962 !

L’Algérie a connu ses Printemps arabes. Tout d’abord en 1980, le Printemps berbère formidable contestation populaire par laquelle les algériens revendiquèrent la reconnaissance et la liberté de l’identité berbère. Ensuite, en 1988, une contestation populaire dans toute l’Algérie qui se termina par la mort du parti unique, la naissance du multipartisme et la liberté de la presse. Et, dans les années 1990, l’arrêt du processus électoral, les années de guerre civile et de résistance à l’islamisme. Enfin, en 1999, arriva le sauveur celui qui allait redonner à l’Algérie la place qui lui revient dans le monde : Aziz Bouteflika. Et, comme tous les autres dictateurs : concentration des pouvoirs, corruption, tortures, arrestations arbitraires, disparitions. Mais qui est Bouteflika ?  A lire pour comprendre pourquoi l’Algérie qui a tant d’atouts est toujours une dictature.

Notre ami Bouteflika de Mohamed Benchicou - Riveneuve. Le Réserver ?

Un voyage en Algérie d'Eric Sarner. Le Réserver ?
Algérie : le vrai état des lieux de Frédéric Pons. Le Réserver ?
Jeune Afrique : Avoir 20 ans en Algérie, n°2779Le Réserver ?
Courrier international : Algérie Bouteflika, ça suffit, n°1223. Le Réserver ?

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Cabinet de curiosités de Guillermo Del Toro Version imprimable

Note : 4/5 (4 notes)

Mots-clés :

Pour tous les fans de cinéma et de fantastique ce livre est un petit trésor. Le réalisateur de l'Echine du diable, du Labyrinthe de Pan ou plus récemment de Pacific Rim, nous ouvre les portes de son monde. Nous trouvons dans cet ouvrage des extraits de ses petits carnets légendaires - Del Toro y retranscris ses idées depuis des années -, ses croquis, mais aussi des entretiens qui cherchent à approfondir ses mécanismes de création ; des témoignages d'autres réalisateurs ( Alfonso Cuaron : "Gravity", préface de James Cameron, ...).
Mais ce livre réserve d'autres surprises : pour les fans de la première heure, il y a une visite guidée de la maison-atelier "Bleak House", véritable musée du fantastique. Et la dernière partie, la plus triste, est consacrée aux projets abandonnés comme Les Montagnes Hallucinées.
Malgré l'importance du contenu, il faut également parler de la forme : ce livre est magnifique. Mise en page travaillée et superbe, photos pleine page,... Véritable immersion dans l'imaginaire du réalisateur "amoureux des monstres".

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Cabinet de curiosités de
Guillermo del Toro - Huginn & Muninn. Le Réserver ?

Lien vers site :  jeu
http://bits.arte.tv/fr/episode/guillermo

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal Version imprimable

Note : 2.8/5 (4 notes)

Mots-clés :

J'ai adoré ce livre.
J'ai adoré cette histoire, cette histoire si belle, cette histoire si cruelle.
J'ai adoré cette écriture, comme un battement de cœur, comme une respiration.
J'ai adoré le point de vue, le regard extérieur, en dehors de l'histoire.
J'ai adoré cette précision, précision chirurgicale, dans cet univers médical.
Et j'ai détesté ma bibliothèque, parce qu'impossible de lire les autres livres de Maylis de Kerangal ; ils étaient tous empruntés !

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie


Réparer les vivants de Maylis de Kerangal - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail


Au Rwanda, il y a vingt ans Version imprimable

Note : 3.4/5 (11 notes)

Mots-clés :

Un génocide, comme le rappelle Patrick de Saint-Exupéry, s'accomplit toujours dans le silence.
Le 6 avril 1994 à 20h30 l’avion du président Rwandais Juvénal Habyarimana explose en plein vol, victime d’un attentat. Cet évènement est le déclencheur de ce qui se préparait depuis longtemps : le génocide des Tutsi par les Hutu au Rwanda. En huit semaines, ce sont 800 000 Tutsis et des Hutus modérés  s’opposant à l’élimination des Tutsis qui seront exterminés. Protectorat allemand à la fin du XIXe siècle puis colonie belge depuis 1916, le Rwanda accède à l'indépendance le 1er juillet 1962. A l'origine, il n'existe pas de distinction ethnique entre Hutus et Tutsis. Mais l'arrivée des Belges bouleverse les conceptions locales. Cette domination coloniale s'accompagne de théories raciales évidentes et l'élite Tutsi, alors considérée comme race supérieure, va être favorisée, au détriment des Hutus. La distinction des races est officialisée en 1931 tandis que la mention raciale apparaît sur les cartes d'identité. Quelques dizaines d'années auront suffit pour creuser le fossé racial qui entrainera le génocide de 1994.

Le titre est tiré d’une lettre d’un pasteur tutsi à un confrère hutu quelques heures avant le massacre annoncé de son village. Après le génocide de 1994, Philip Gourevitch, correspondant du New Yorker, a sillonné le pays pour tenter de comprendre et pour cela, il a recueilli des centaines de témoignages des survivants du génocide rwandais. Ce génocide de cent jours qui a couté la vie à près d’un million de Tutsis rwandais, et des Hutus opposés à l’idéologie raciste. Pendant 3 ans, il a fait des allers-retours pour analyser les causes et les conséquences de la tragédie. Il a aussi rencontré des responsables du génocide qui tentent d’expliquer l’inexplicable… Passionnant, ce livre qui allie récits des survivants et investigation journalistique donne à lire des témoignages durs mais, instructifs.

Nous avons le plaisir de vous informer que demain, nous serons tués avec nos familles de Philip Gourevitch. Le Réserver ?

Une trilogie indispensable pour comprendre une des tragédies les plus sanglantes de notre Histoire contemporaine…réalisée à partir de témoignages recueillis auprès de rescapés ou de bourreaux. L’auteur a accompli un véritable travail de mémoire. Dans le premier tome, il donne la parole aux rescapés Tustis, dans le second ce sont les « tueurs Hutus » qui en prison s’expriment et enfin dans le dernier, ce sont les survivants et les tueurs qui témoignent de la réconciliation dans un pays marqué par l’horreur d’un génocide.

La trilogie Rwandaise
de Jean Hatzfeld :
Dans le nu de la vie. Le Réserver ?
Une saison de machette. Le Réserver ?
La stratégie des antilopes. Le Réserver ?

Responsables, complices, acteurs…Quel rôle a joué la France au Rwanda ?
Un livre très documenté. Il est remarquable et troublant ... on ne peut s'empêcher de se poser de nombreuses questions sur les implications de la France dans le génocide au Rwanda.

L’inavouable, la France au Rwanda de Patrick de Saint-Exupéry. Le Réserver ?


- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

D'autres conseils de lectures sur notre portail