Mémoire de soie d’Adrien Borne Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Le 9 juin 1396, Emile âgé de vingt ans arrive à la caserne de Montélimar pour effectuer ses deux années de service militaire. Le matin, lorsqu’il a quitté la magnanerie, Suzanne sa mère sans effusion particulière a glissé le livret de famille dans son baluchon. Elle sait qu’il en aura besoin lors de son incorporation, elle sait aussi qu’il va découvrir un secret de famille dont elle n’a jamais osé lui parler… Le récit est construit autour d’un absent, Baptistin un jeune homme dont la vie s’est achevée en 1918 avant d’avoir véritablement commencé. Il rend aussi hommage à Suzanne, une femme, une mère, une épouse qui malgré les épreuves de la vie est toujours parvenue à se relever avec sa seule arme : le silence. L’auteur se penche sur le destin des héros modestes, les victimes de la grande Histoire ceux qui passent à côté de la chance et qui voient leurs vies gâchées. Un monde de taiseux où le silence emprisonne les mots, les sentiments et les âmes.
Un premier brillant, habilement construit avec un rythme maîtrisé qui alterne les points de vue et les époques. Une écriture très visuelle qui pourrait être facilement mise en scène avec une tension dramatique qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. A découvrir absolument !

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Mémoire de soie d’Adrien Borne - Lattès. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail



Impact d' Olivier Norek Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Plusieurs voix s’élèvent depuis quelques années déjà pour avertir la population des dangers d’une planète qui se meurt à cause de décisions politiques inconsidérées, d’intérêts économiques qui nuisent à la santé publique. Pour quel impact ? Aucun ne semble-t-il. Alors las d’attendre et en colère, le collectif Greenwar est passé à l’action. Sa méthode : faire payer les responsables et notamment les grands groupes industriels et financiers en enlevant leurs responsables et les cadres supérieurs. La rançon demandée sera remboursée si les entreprises coupables d’écocide s’engagent vers une transition écologique sure. Le temps est compté pour la planète, tout comme pour les personnes kidnappées.
Plus qu’un , Olivier Norek signe un manifeste environnemental fort. Plus qu’une enquête policière, il s’agit de dénoncer les décisions politiques et économiques absurdes, contradictoires qui ne vont pas dans le sens vers lequel elles devraient aller. Le mot Absurdistan prend tout son sens quand l’auteur étaye son de propos entendus et lus dans la presse. Il faut simplement espérer que ce aura un impact sur chacun de ses lecteurs. J’ai beaucoup aimé.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Impact d'Olivier Norek - R.Lafon. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La familia grande de Camille Kouchner Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Tout le monde ou du moins quasi tout le monde sait de quoi parle ce livre.
J’ai trouvé ce récit, à la fois lumineux : l’enfance, le soleil, leurs rires, leurs joies …et sombre : domination, docilité, emprise … et derrière cette façade de rire, d’adoration, la lâcheté d’une mère, la lâcheté des adultes,… les mécanismes de domination et le poids du secret derrière l’inceste.
Ce livre est à découvrir pour ce qu'il est, l'histoire du poids et des répercussions du silence. Un témoignage sur l'engrenage, de l'emprise, du silence et de la culpabilité.

Ce n'est pas la parole qui se libére, c'est la parole que l'on entend ! Enfin !

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

La familia grande de Camille Kouchner - Seuil. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Disparaître dans la nature d'Evan Ratliff Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Evan Ratliff est un reporter freelance qui s'est principalement intéressé aux nouvelles technologies et à la cybercriminalité en écrivant pour des magazines tels que Wired et The New Yorker. "Disparaître" est l'article retentissant dans lequel il décrivit sa propre traque et sa propre expérience de la paranoïa et de l'anonymat à l'ère numérique ! Car ce qui n'était qu'un défi adressé à ses lecteurs - à savoir de retrouver sa trace en moins d'un mois moyennant une sympathique mise à prix - devint une véritable chasse à l'homme ! Son récit de fugitif croisera au trois quart du livre celui de la vraie tentative de disparition d'un certains Matthew Alan Sheppard questionnant par là les mécanismes qui poussent un individu à faire table rase de son passé et de son identité en s'evaporant dans la nature. Le reportage est court mais va droit à l'essentiel, à l'économie de mots et à l'impermanence qu'impose la condition de fugitif. La tension grandissante vient alimenter un récit palpitant qui ouvre des pistes de réflexion sur un sujet nébuleux et tabou. Dans une société liquide où l'individu est dans une incertitude constante, est ce que disparaître est une échappatoire ou une manière de se confronter malgré soi au reflet de cette société !

Allan - Librairie à la Librairie des Cordeliers

Disparaître dans la nature d'Evan Ratliff - Marchialy. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Un pique-nique presque parfait de Faith Martin Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Le cadavre de Dereck Chadworth vient d’être découvert flottant sur la rivière tandis que la fête de fin d’année des étudiants d’Oxford se tenait non loin de là. Personne n’a vu le pauvre jeune homme se noyer. Il faut dire que certains étudiants étaient un peu éméchés et il y avait du monde pour cette fête lancée par Sa Seigneurie Littlejohn, le fils du duc. Très logiquement, l’enquête conclut à un stupide mais banal accident. Mais le coroner Clement Ryder a quelques doutes, il faut dire que les réponses laconiques et gênées de certains étudiants lui font dire que, peut-être, quelqu’un aurait eu intérêt à éliminer ce pauvre Dereck. Pour son enquête, il fait appel à la jeune policière stagiaire Trudy Loveday dont son chef est heureux de se débarrasser, convaincu que les femmes n’ont rien à faire dans la police. Le duo d’enquêteurs va devoir faire preuve de beaucoup de finesse pour ne pas heurter, déranger les riches et influentes familles locales concernées par l’enquête. Et ils vont aller de surprise en surprise.
Amateur de sensations fortes, de rebondissements, d’hémoglobine, passez votre chemin, ce livre n’est pas pour vous. Par contre si vous appréciez Patricia Wentworth et sa détective Miss Silver, il est fort probable que vous apprécierez ce duo. Mais ne vous détrompez-pas, ce est malgré tout agréable à lire.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Un pique-nique presque parfait de Faith Martin - Haper Collins. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La petite dernière de Fatima Daas Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

En général, je n’aime pas les autofictions ! Là, j’étais curieuse : Entre révolte et douceur, entre lycée et mosquée, entre Coran et Annie Ernaux, c’est le récit d’une jeune femme qui refuse les étiquettes.
Ce livre très court dévoile les conflits internes d’une jeune femme rebelle, avide de reconnaissance, tiraillée entre son attirance pour les femmes et sa foi musulmane. C’est un récit universel sur la volonté d’être diffèrent tout en ayant besoin d’être aimé et accepté.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

La petite dernière de Fatima Daas – Noir sur Blanc. Le Réserver ?
Lire aussi la critique d'Anissa ici

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La vie ordinaire d’Adèle Van Reeth Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

La vie ordinaire qui nous concerne tous constitue le sujet principal de ce livre. L’auteure va faire de son existence un véritable terrain d’observation et citer de nombreux philosophes qui ont réfléchi sur ce thème. Elle s’interroge sur sa propre relation à l’ordinaire, que nous confondons trop souvent avec le quotidien. Quelle est la différence entre être et exister ?
Si le sujet est vaste et propice à de grandes réflexions, l’auteure n’hésite pas à y mêler des situations cocasses du quotidien permettant au de s’identifier.
Cet ouvrage est inclassable, ce n’est pas un , ni un traité philosophique. Il s’agit plutôt d’un récit autobiographique qui montre comment une femme tente d’accorder sa vie sensuelle, familiale, intellectuelle pour donner un sens à son existence au-delà des répétitions pourtant nécessaires et inévitables.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

La vie ordinaire d’Adèle Van ReethGallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Histoire du fils de Marie-Hélène Lafon Version imprimable

Note : 3.5/5 (4 notes)

Mots-clés :

D’avril 1908 à avril 2008, -Hélène Lafon raconte trois générations d’une famille de la petite bourgeoisie provinciale. Sans chronologie et à partir de dates marquantes, elle nous fait partager le destin de chacun de ses personnages. Au centre de son récit elle a placé André le fils d’un père inconnu et de Gabrielle, une mère absente. Le premier chapitre est un pur enchantement, il décrit la découverte du monde qui l’entoure par un enfant âgé de cinq ans.
Tout au long de ce , la plume concise et profonde de l’auteure dépeint avec justesse les émotions et les sentiments. Le thème majeur est la quête d’identité d’un homme et son inscription dans une lignée qui lui échappe.
Ce livre pose la question du poids des ancêtres et leur influence sur les générations suivantes. Les secrets de famille, les silences, les fantômes peuvent ronger en profondeur et changer la trajectoire d’une existence. Mais au fond qu’est-ce qu’une vie, deux dates sur une pierre tombale ?

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Histoire du fils de Marie-Hélène LafonBuchet Chastel. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail