Dans la peau d’un migrant de Peshawar à Calais de Arthur Frayer Version imprimable

Note : 2.8/5 (11 notes)

Mots-clés :

Pendant près de deux ans par intermittence, le journaliste s’est glissé dans la peau d’un migrant, dans le quotidien de ceux qui cherchent à quitter leur pays. Au lieu de parler des migrants arrivés à destination, il voulait plutôt montrer comment ils vivent, se déplacent, sont hébergés et envoient de l’argent à leur famille. «Je voulais montrer tous ces instants silencieux». Une vraie étude de terrain qui ouvre l'esprit, le coeur, sur le 5ème monde qu'est celui des migrations vers l'Europe. Il approche les passeurs, logeurs, intermédiaires du trafic d’êtres humains. Puis redevient journaliste pour interroger policiers, magistrats, avocats, et vivre parmi les migrants.
Un travail exceptionnel, qui rend visible un « cinquième monde ».
Un monde aux répercussions encore sous-évaluées.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Dans la peau d’un migrant de Peshawar à Calais
de Arthur Frayer - Fayard. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Juste une ombre de Karine Giebel Version imprimable

Note : 3/5 (7 notes)

Mots-clés :

L'histoire de Cloé Beauchamps, une jeune femme qui a tout pour réussir et dont la vie bascule. Délire paranoïaque ou victime d'un redoutable pervers ?
Les personnages sont de plus en plus attachants au fil du , l'histoire est bien construite, cohérente, la lecture facile. Dès qu'on l'a dans les mains, on est captivé et ça devient une obsession de savoir la suite.
J'ai adoré et je recommande à tous les fans de thrillers.

Karen - Membre des Lectures Irresistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H. Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Juste une ombre de Karine Giebel - Pocket. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Tout dort paisiblement sauf l’amour de Claude Pujade-Renaud Version imprimable

Note : 3.2/5 (10 notes)

Mots-clés :

Regine Olsen a été fiancée pendant un an à Soren Kierkegaard. Lorsqu’il a rompu les fiançailles, elle était dévastée. Elle a épousé quelques années plus tard Frederik Schlegel, son précepteur à peine plus âgé qu’elle. Regine vit dans les Antilles danoises lorsqu’elle apprend la mort de son amour de jeunesse, Soren Kierkegaard. Elle ne l’a jamais oublié mais ce décès va être l’occasion de revenir sur ces années où elle l’a fréquenté, où elle a essayé de comprendre pourquoi il avait rompu leurs fiançailles. Son histoire familiale n’était pas étrangère à cette décision mais cela elle ne l’avait pas compris. Elle va également relire, avec un autre regard, ses œuvres et tenter comprendre sa décision. Lorsqu’elle revient à Copenhague avec son mari, elle retrouve les traces de son passé. Ce permet au fil des pages de cerner la personnalité complexe du philosophe danois.
Emouvant, notamment lorsque Regine songe à certains moments de son existence, ce met à nouveau en page des amours malheureuses.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Tout dort paisiblement sauf l’amour de Claude Pujade-Renaud - Actes Sud. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le dernier témoin de Kim Songjong Version imprimable

Note : 2.7/5 (12 notes)

Mots-clés :

Corée du Sud, janvier 1972, un homme condamné à mort sort de prison, sa libération n'intéresse personne. Un an plus tard, le cadavre d’un homme est retrouvé, l’inspecteur O Pyongho est chargé de l’affaire. Quel est le lien entre ce meurtre, la libération d’un vieil homme et la découverte d’un nouveau meurtre ? Quel indice va découvrir l’inspecteur qui va le mener jusque dans les années 50 et la sombre période de la guerre avec le Nord ?
Le rythme est lent mais l'intrigue fonctionne. A travers les souvenirs et les récits des différents témoins ou acteurs plus ou moins lointains du drame, l'histoire avance vers son dénouement et fait de nous Le dernier témoin.
C'est la première fois que je lis un d'un auteur sud-coréen, une manière de faire connaissance avec ce pays et son histoire. Dommage que la traduction ne facilite pas toujours la lecture de ce .

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Le dernier témoin de Kim Songjong - Actes noirs. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La bombe de Frank Harris Version imprimable

Note : 2.5/5 (13 notes)

Mots-clés :

«Je m’appelle Rudolph Schnaubelt. C’est moi qui ait lancé la bombe qui tua huit policiers et en blessa soixante à Chicago, en 1886.» Rudolph Chnaubelt est un vieil homme, avant de mourir, il éprouve le besoin de raconter sa vie. Jeune, il émigre d’Allemagne aux Etats-Unis, à Chicago. Pour survivre, il est contraint à travailler dans des usines. Il subit comme ses collègues, en grande majorité émigrés eux aussi des conditions de travail inhumaines. Le 1er mai 1886, à Chicago, les ouvriers quittent une manifestation quand la police charge avec une extrême violence. Le 4 mai 1886, à Chicago, Haymarket Square, des centaines d’ouvriers (en majorité étrangers) sont rassemblés pour faire valoir leurs droits. Une bombe explose, tue 8 policiers et en blessent des dizaines. Rudolph Schnaubelt est l’auteur de cet attentat. Porté par l’écriture forte de Frank Harris, ce qui entremêle fiction et faits réels nous plonge dans la vie des travailleurs immigrés surexploités et sous-payés, des grèves, des luttes sociales, des manifestations,… toutes ces manifestations qui donnèrent naissance au 1er mai. Passionnant de bout en bout, ce est d’une impressionnante. L'auteur parvient à nous toucher, nous scandaliser, nous émouvoir grâce à son écriture directe et sans concession. Envie de lire un bon , un très bon ? Ne ratez pas La Bombe.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

La bombe de Frank Harris - La dernière goutte. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail