Cent millions d’années et un jour de Jean-Baptiste Andrea Version imprimable

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :

Depuis qu’il est enfant, Stan cherche des fossiles. Le premier qu’il a trouvé était un trilobite. Le métier de paléontologue était une évidence pour lui. Ca l’était moins pour le Commandant, son père qui s’attendait à ce que son unique fils se comporte en homme. Alors qu’il est jeune professeur à l’université, il hérite d’un assistant, un étudiant italien, Umberto avec qui, il va nouer une solide amitié, la seule de toute sa vie. Un jour, il apprend par la bouche d’une petite fille du quartier que le concierge avait trouvé un os de dragon provenant d’un glacier entre la France et l’Italie. Il est convaincu que le concierge a trouvé le fossile d’un grand dinosaure, pourquoi pas un brontosaure. Il organise alors une expédition et convainc Umberto de l’accompagner. Pendant plus de 2 mois le groupe d’hommes va creuser la glace, chercher sous le regard de Gio, le guide qui connaît bien le langage de la montagne.
Ce est le récit de cette expédition, de la fouille du glacier à la recherche d’un rêve éveillé, celui de Stan. C’est aussi le récit de la vie de Stan aux côtés d’un père autoritaire et violent et d’une mère inoubliable.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Cent millions d’années et un jour de Jean-Baptiste Andrea - L’iconoclaste. Le Réserver ?
La critique de à lire ici.

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La chaleur de Victor Jestin Version imprimable

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :

Léonard, jeune homme âgé de 17 ans s’ennuie dans la chaleur de l’été. Il est au camping dans les Landes avec ses parents, son frère et sa sœur. Introverti, mal dans sa peau, étranger au monde qui l’entoure, il n’arrive pas à s’amuser et encore moins à aborder les filles. Pourtant Luce lui plait mais il ne peut pas lutter contre Oscar, le beau gosse qui l’a embrassée. Aussi, lorsqu’il aperçoit Oscar ivre mort en train de s’étrangler avec les cordes d’une balançoire, il assiste à cette scène sans lui porter secours. Pire, il va même déplacer le corps et l’enterrer sur la plage ! En 17 ans, Léonard n’a pas fait de grosse bêtise, là il rattrape le temps perdu ! La culpabilité va-t-elle le conduire à se dénoncer ? La force de ce court premier réside d’abord dans l’écriture qui est fluide et percutante. Le rythme soutenu nous pousse à ne pas lâcher le livre, à savoir comment il va finir.
Victor Jestin restitue à la perfection la psychologie de son personnage et la charnière dans la vie que constitue l’adolescence. Cette alternance entre légèreté et gravité rythmée par les pulsions sexuelles est très bien rendue. L’atmosphère artificielle de fête qui règne dans le camping complète à la perfection ce tableau mélo dramatique.
A noter que Victor Jestin comme Josselin Guillois font partis de la liste des dix nominés pour le prix Stanislas 2019 qui récompense les primo-romanciers.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

La chaleur de Victor JestinFlammarion. Le Réserver

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Louvre de Josselin Guillois Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Voici un plaisant qui nous replonge dans l’atmosphère de la seconde guerre mondiale à travers le journal intime de trois femmes. Elles ont toutes les trois un lien avec Jacques Jaujard, le directeur du musée du Louvre. Il va avoir la lourde charge du déménagement des œuvres du musée au fur et à mesure de l’avancée des troupes allemandes. Marcelle, son épouse va l’aider dans ce projet démentiel. Elle a une obsession malgré le chaos provoqué par la guerre c’est d’avoir un enfant de Jacques. Carmen Leloup est une adolescente, ses parents sont conservateurs au musée Ingres, dans le Tarn et Garonne, ils vont réceptionner certaines collections. Carmen observe tout cela avec son regard de jeune fille. Quant à Jeanne Boitel, comédienne, elle va avoir la lourde tâche de répertorier les œuvres réquisitionnées par les nazis et d’en informer la résistance.
L’intérêt de ce est de rappeler l’action courageuse et exemplaire de Jacques Jaujard qui a su anticiper dès le mois d’août 1939 l’invasion allemande et organiser le déplacement des œuvres en fonction de l’avancée des troupes. Grace à lui et à tous ceux qui l’ont suivi, les collections ont pu être sauvegardées des bombardements et de la convoitise de l’occupant. Josselin Guillois, est très bien documenté et je me suis demandé en lisant son ouvrage quelle était la part de fiction et de réalité dans son récit. Il a su également se mettre dans la peau de trois femmes. Ce premier est vraiment agréable à lire et prometteur.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Louvre de Josselin GuilloisSeuil. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

En attendant le jour de Michael Connelly Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

C’est un plaisir de connaître une nouvelle détective, Renée Ballard, méthodique, compétente et intuitive, différente d’Harry Bosch que l’on retrouve habituellement dans les autres romans de cet auteur. Michael Connolly nous offre ici de nouvelles techniques policières. Renée Ballard poursuit, en même temps, trois enquêtes importantes. Elle réussit où d’autres ont échoué. Elle a osé poursuivre son officier supérieur pour harcèlement, donc elle a été rétrogradée à la patrouille de nuit.
Ce suscite un vif intérêt du début à la fin. À lire !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques de ValenceRomansAgglo.

En attendant le jour de Michael Connelly - Calmann Lévy. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La chute du mur de Berlin Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Ce 9 novembre marque les 30 ans de la chute du mur de Berlin. Nous avons choisi plutôt que de faire un résumé de cet évènement, de vous proposer une sélection de documentaires,
de films…ici et une playlists.

Et vous trouverez, dans les Médiathèques ValenceRomans agglo, des revues,
hors-séries...



 

Ceux qui partent de Jeanne Benameur Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

L’action de ce se déroule sur deux jours en cette année 1910, sur Ellis Island, aux portes de NewYork. Un bateau de migrants vient d’arriver dans le port et parmi eux se trouvent Donato et sa fille Emilia. Ils viennent d’Italie, ils ont choisi volontairement de tourner la page et de débuter une nouvelle vie en Amérique. Gabor, violoniste gitan souhaite fuir son clan. Quant à Esther, la rescapée Arménienne elle veut se reconstruire en faisant bénéficier les femmes américaines de ses talents de couturière. En attendant leur enregistrement à terre, ces personnages vont se croiser et tisser des liens sous le regard du jeune photographe Andrew Jonsson, lui-même issu de l’immigration islandaise.
Jeanne Benameur restitue avec brio ce moment si intense de l’exil où des personnes cabossées par la vie font leurs premiers pas dans le Nouveau Monde. C’est le temps des épreuves, des pertes consenties et des joies éphémères. Chacun est prêt dans sa tête, dans son corps et dans son cœur à faire le grand saut vers l’inconnu, la libération. Elle montre aussi qu’en 1910 les émigrants ne sont plus aussi bienvenus que dix ans plus tôt et ils ont peur d’être rejetés par les autorités américaines.
Cette situation fait bien entendu écho à l’Europe d’aujourd’hui qui peine à accueillir. J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture ciselée de jeanne Benameur et son humanité.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Ceux qui partent de Jeanne BenameurActes Sud. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Ce que l’on sème de Régina Porter Version imprimable

Note : 3.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Dans les années 60, James Samuel Vincent, un Blanc d'ascendance irlandaise, quitte sa famille pour devenir avocat à New York. Au même moment, Agnès Miller, jolie étudiante noire, voit sa première idylle tourner court sur une route de campagne. Deux événements qui n'ont pas à priori rien à voir. Et pourtant, ils détermineront leur existence et celle de leurs familles.
Regard percutant sur la société américaine, humour et galerie impressionnante de personnages. On voyage entre les époques et les personnages.
Les chapitres vont et viennent dans le temps et se lisent presque comme des nouvelles.
Parfois je me suis perdu entre les époques, les personnages et pourtant à aucun moment je n’ai voulu arrêter ma lecture.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Ce que l’on sème de Régina Porter - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Prix Goncourt : Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois Version imprimable

Note : 3/5 (2 notes)

Mots-clés :

Pourquoi Paul, le narrateur de cette histoire est incarcéré dans une prison de Montréal ? La seule chose que l’on sait c’est qu’il doit purger une peine de deux ans. Il partage sa cellule avec Horton, un hells Angels, accusé de meurtre. Au fil des chapitres, nous découvrons Horton qui ne souhaite que couper en deux ceux qui le mette en colère. Paul se livre aussi, nous révélant son enfance à Toulouse avec un père pasteur danois à une femme époustouflante. Progressivement on va découvrir pourquoi il est en prison. Je suis complètement passée à côté de ce .

Je ne me suis pas attachée aux personnages et je me suis ennuyée. Dommage.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la meme facon de Jean-Paul Dubois - Olivier. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail