Grace de Paul Lynch Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

En 1845, l’Irlande vit depuis quelques mois le début ce qu'on appellera la Grande Famine.
Grace, 14 ans est envoyée sur les routes pour tenter trouver un travail ou n’importe quoi pour survivre. Grace va parcourir l’Irlande du nord au sud, et à travers elle, le va découvrir l’horreur de la famine. De rencontre en rencontre, d’amitiés hésitantes en amours tentant de naître. 
Grace, merveilleuse, lumineuse, émouvante héroïne. C’est à peine si j’ai pu lever les yeux de mon livre, totalement happée par l’épopée de Grâce dans cette terre de désolation.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie 

Grace de Paul Lynch - Albin Michel. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Une jeunesse en fuite d’Arnaud Le Guern Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

L’auteur, de retour en Bretagne avec sa fille Louise, le temps d’un été près de ses parents vieillissants, se souvient de son adolescence en relisant les lettres envoyées par son père 27 ans plus tôt. Il a alors quinze ans. Son père médecin militaire est parti en Arabie Saoudite. L’Irak, dirigé par Saddam Hussein a envahi le Koweit. La France et les Etats-Unis entrent en guerre au début du mois de janvier 1991. L’adolescent suit l’opération Tempête du désert à la radio, Scud irakien contre Patriot américain. Malgré son inquiétude pour son père il poursuit sa vie de lycéen, sa découverte des filles rythmée par les informations provenant du Golfe.
Un nostalgique et mélancolique, qui fait défiler devant nos yeux un flot de souvenirs émouvants. Un récit léger qui alterne entre présent et passé où se mêlent la quête du père et l’éducation sentimentale.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Une jeunesse en fuite
d’Arnaud Le Guern – Editions du Rocher. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Vers la beauté de David Foenkinos Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Antoine Duris est professeur d’histoire de l’art à l’Ecole des Beaux-arts de Lyon. Jusqu’à peu il vivait avec Louise qui a préféré rompre réalisant que leur histoire d’amour s’était essoufflée au fil des années. Même si le chagrin l’a accablé Antoine a su rebondir grâce à une rencontre avec une élève destinée à un grand avenir artistique, Camille.
Pourtant lorsque le s’ouvre, Antoine postule pour un emploi de surveillant au musée d’Orsay à Paris. Il a quitté son emploi, sa ville en quelques jours et il a fui. Quoi, qui ? Pour essayer de s’en sortir, il n’a trouvé qu’un musée où la beauté est présente sur chaque mur. Chaque tableau est une force, quelque chose sur lequel s’appuyer pour survivre.
J’ai trouvé ce insipide. Si le beau est le sujet, son traitement est superficiel. Et en plus ce n’est pas spécialement bien écrit.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir participant au troc lecture. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir. Suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal

Vers la beauté
de David Foenkinos - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas d’Estienne D’orves Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Marthe Richard a connu une existence hors du commun. Elle a improvisé sa vie en fonction du cours de l’histoire, des rencontres et des évènements. Née dans une famille pauvre, elle a trouvé la force nécessaire pour échapper à sa condition et à la prostitution. Tour à tour espionne au cours de la première guerre mondiale, pionnière de l’aviation, femme d’affaires, résistante et en même temps collaboratrice pendant le second conflit mondial et enfin politicienne. Son nom est bien entendu associé à la suppression des maisons closes. Episode marquant de sa vie qui ne lui a pas fait que des amis. Estienne d’Orves a tiré de cette vie hors norme une biographie romanesque sensible et joyeuse sans obsession de la vérité parce que Marthe a toujours brouillé les pistes. Son existence fut un festival de violence, de passions, de déceptions, de victoires et de défaites. Une vie de combat. Combat pour les femmes bien sûr mais surtout pour elle-même.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Marthe ou les beaux mensonges de Nicolas d’Estienne D’orves - Calmann Lévy. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

La Vraie Vie d’Adeline Dieudonné Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Elle a dix ans. Gilles, son frère, en a six. Ensemble ils tentent de déjouer leur quotidien, d’oublier leur mère transparente et soumise et leur père violent et monstrueux. Un jour, un horrible accident plonge Gilles dans un mutisme qui les éloigne. Dès lors, sa sœur va tout faire pour qu'il retrouve sa joie de vivre. J’ai aimé cette histoire mais encore plus cette petite fille sans nom, intelligente, courageuse qui se bat sans cesse, et se rend rarement. Que l’on voit grandir, subir, tomber et se relever, encore et encore…
Un excellent premier tour à tour sombre et lumineux, une enfant inoubliable. Une auteure à suivre.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

La Vraie Vie
d’Adeline Dieudonné - Iconoclaste. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le polar se conjugue aussi au féminin ! Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

, auteure ou héroïne, aujourd’hui, les femmes ont investi tout le champ de la littérature policière, notamment celui du noir, longtemps resté exclusivement masculin.

Au commencement, les pionniers du genre policier étaient aussi des pionnières ! Ainsi le premier auteur important après Edgar Allan Poe fut l’américaine Anna Katharine Green...
Les Anglo-Saxonnes furent les premières à prouver qu’il s’écrivait aussi au féminin et elles ne font pas dans la dentelle. Depuis les années 90, les femmes ont massivement investi le , sous toutes les latitudes. Comme Malla Nunn en Afrique du Sud, Kishwar Desai en Inde, Louise Penny au Canada, Elsa Marpeau en France ou encore Alexandra Marinina en Russie. Elles revendiquent de pouvoir décrire la violence sans retenue, et sans ostentation, parce qu'elles ont simplement la passion de l'écriture et l'envie de se frotter au monde qui les entoure.

Nous vous proposons une sélection d’auteures de romans policiers ici, que vous pourrez emprunter dans les Médiathèques de ValenceRomansAgglo.

En attendant la neige de Christine Desrousseaux Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Véra a décidé de s’éloigner, de rester seule quelques temps. Sa mère vient de mourir dans un accident de voiture, c’est Véra qui conduisait. La culpabilité la ronge. Elle trouve refuge dans le chalet d’un ami à Morez dans le Haut-Jura ; Elle attend la neige, celle qui doit tout purifier, le paysage comme son âme sans doute. De l’accident, elle a quelques séquelles, une amnésie de ce dernier, une jambe qui boite. Ses traitements sont lourds et provoquent quelques crises d’épilepsie et la narcolepsie. A Morez, elle choisit de tout arrêter pour mieux repartir. Au cours d’une promenade, elle fait la connaissance d’un homme qui occupe un chalet plus loin dans la montagne. Cet homme, légiste à Genève est à la recherche de sa sœur. Peut-être qu’inconsciemment lui aussi attend la neige pour recommencer à zéro. Le climat est rude et la population peu causante.
Véra a l’impression de gêner, quelqu’un cherche à la faire partir mais pourquoi ? Et puis un matin, le corps d’une jeune femme est retrouvé. Mais les coupables sont-ils vraiment ceux que l'on croit ! L'intrigue monte peu à peu en puissance et quand on sent avoir deviné la suite, l'histoire prend un autre chemin jusqu'au dénouement inattendu.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

En attendant la neige de Christine Desrousseaux - Calman-Lévy. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Les enchaînés de Jean-Yves Martinez Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Dans ce troisième , –Yves Martinez nous entraîne dans un huis clos tout en tension et suspense. Pendant trois jours, en plein cœur de l’hiver, dans une maison perdue dans la forêt drômoise David Sedar, jeune réfugié sénégalais et Diane la propriétaire des lieux vont se sonder et s’affronter verbalement. Ce qui les unit c’est Monsieur Denis, le mari de Diane, qui travaillait pour une ONG au Sénégal et David lui servait de guide. Monsieur Denis a mystérieusement disparu en France, laissant comme ultime trace un mystérieux carnet noir et beaucoup de questions en suspens.
Ce que j’ai apprécié c’est l’atmosphère de ce court mais prenant. A travers le personnage de Denis, l’auteur aborde la problématique liée à l’humanitaire à l’inverse du discours dominant. Belle réflexion également sur la violence, violence intime et violence institutionnelle qui s’infiltre là où on ne l’attend pas.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Les enchaînés
de -Yves Martinez - Seuil. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail