No Land’s song de Ayat Najafi Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

No land’s song c’est l’histoire d’une jeune compositrice Sara Najafi qui décide de défier les autorités iraniennes en élaborant un projet de chorale féminine avec des chanteuses iraniennes, françaises et tunisiennes. Depuis la révolution de 1979, en Iran, les femmes ne peuvent pas chanter seules en public, un homme doit obligatoirement chanter en même temps qu’elles. Avec ce projet la compositrice souhaite informer les autres peuples sur cette interdiction et établir un pont culturel entre la France et l’Iran. Elle va se heurter durant deux ans à des obstacles juridico-religieux. Il y a des moments forts dans ce notamment les rencontres de la jeune compositrice avec un érudit religieux ainsi que les présentations successives de son projet au ministère de la Culture et de la guidance islamique. Ce très beau met en valeur le courage, la grande détermination de cette jeune femme qui s’est rendue au Ministère une fois par semaine d’avril 2011 à septembre 2013 pour défendre son projet. Malgré les revirements, les découragements successifs, elle a gardé l’espoir. Et c’est avec une grande émotion que nous assistons au concert final, remarquable symbole de la puissance de la capable d’établir un pont entre les trois cultures (Iran, France et Tunisie) malgré les interdits. A la fin du film on prend conscience de la chance de pouvoir chanter et écouter toutes sortes de musiques en toute liberté !

- Discothécaire à la médiathèque Simone-de-Beauvoir

No Land’s song de Ayat Najafi. Le réserver ?

D'autres conseils de sur notre portail       

Fargo saison 2 de Noah Hawley Version imprimable

Note : 4/5 (3 notes)

Mots-clés :

Cette saison 2 démarre avec de nouveaux personnages et une nouvelle intrigue. Les grandes étendues de neige désertes du Dakota du Sud qui étaient déjà au cœur de la première saison sont là et l’histoire peut commencer. Un rejeton pas très futé d'une famille qui fait office de mafia locale tue trois personnes dans un resto routier avant de mourir lui-même, écrasé par la voiture d'une femme qui passait par là. En quelques plans, tous les ressorts de l'intrigue sont posés.
La saison 2 nous confirme que nous avons là affaire à une très grande série, parfaitement maîtrisée, pensée et mise en œuvre. Du grand art !

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie 

Fargo saison 2 de Noah Hawley. Le Réserver ?*
Lire la critique de S1 ici.

D'autres conseils de sur notre portail

Les Soprano Saison 1 à 6 de Timothy Van Patten Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

C’est la série avec Oz et The Wire qui a contribué à donner ses lettres de noblesses aux séries. Série culte pour certains. Comment ne pas être fasciné par le personnage inimitable de Tony Soprano, alias le grand regretté James Gandolfini ? Gangster impulsif qui doit gérer de manière équitable sa vie de famille, ses magouilles mafieuses et ses troubles psychologiques.
L'écriture et la réalisation sont impeccables, laissant la part belle à de beaux jeux d'acteurs. Le monde de la mafia y apparaît à la fois fascinant et ridicule avec tous ces gangsters stéréotypés qui flinguent un mec mais vont chez le psy après.

 - bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Les Soprano S1 à 6 de Timothy Van Patten. Les Réserver ?*

D'autres conseils de sur notre portail    
 

Les Soprano - saison 1 Trailer par GQFrance

Des Femmes en séries... Version imprimable

Note : 3.1/5 (9 notes)

Mots-clés :

J’aime les séries. Pire, je suis une passionnée, une sériephile. Donc, je regarde des séries, j’ai aimé me balader avec Christina et Meridith au Grey Sloan Memorial Hospital, suivre le parcours d’Alicia Florrick, regarder tomber Don Draper, assister à l’ascension puis la chute d’Enoch, côtoyer Cathy Jamison dont l’existence est chamboulée par une révélation, je tremble aux côtés d’ Arya Stark, je veux conquérir le Trône de Fer avec Khaleesi …
Pourquoi je vous raconte ça…je me suis demandée si comme au cinéma, l'univers des séries est lui aussi gouverné majoritairement par des hommes, et j’avoue que j’étais très surprise de découvrir que beaucoup de séries sont créées par des femmes. De l'écriture à la diffusion, les femmes occupent souvent des fonctions importantes.
Aujourd'hui les séries ne sont plus la seule affaire des hommes…Emmenée par l’incontournable Shonda Rhimes, créatrice, entre autres, de « Grey' s Anatomy », « Scandal », « How to get away with murder ». Beaucoup de femmes s’imposent dans ce monde au travers de belles, splendides, magnifiques, virevoltantes, improbables histoires.

Liberté de ton, de création, plus de reconnaissance : la ruée des femmes vers le monde des séries, notamment des actrices et productrices, devrait se confirmer. Surtout, une jeune génération a fait son apparition, avec Lena Dunham en tête avec Girls, sans oublier Mindy Kaling, et Rebel Wilson...

Voici une liste non exhaustive de certaines de ces créations : Insecure d’Issa Rae. Olive Kitteridge de Lisa Cholodenko. Transparent et United States of Tara de Jill Soloway. Jenji Kohan à qui l'on doit Weeds et Orange is the New Black. Fais pas ci, fais pas ça d’Anne Giafferi. Engrenages d’Alexandra Clert. Héroïnes d’Audrey Estrougo. Nurse Jackie de Linda Wallem. The Good Wife de Michèle et Robert King. Masters of Sex de Michelle Ashford. The Big C de Darlene Hunt. Happy valley de Sally Wainwright…

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Une petite sélection ici

Friday Night Lights S1 à 5 de Peter Berg Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Dillon, Texas. Une petite ville où le seul jour qui compte c’est le vendredi, soir de match pour l’équipe de football américain du lycée, les Panthers. Un portrait humaniste de l'Amérique profonde, explorant les arcanes du sport pré-universitaire. Une série parlant de football US adolescent au fin fond du Texas. Le pitch me faisait fuir le plus loin possible. J’ai mis du temps avant de la regarder ( je n’avais plus rien sous la main !) J'ai apprécié qu'une série, au premier abord plutôt réactionnaire, ne tombe que rarement dans la facilité en abordant des thèmes sociétaux comme le racisme ou le droit à l'avortement.
J’ai été surprise par la justesse humaine des personnages et par la manière dont ils m'ont touchée au fil des saisons. Car ce qui intrigue, c’est la justesse de la description d’une petite ville américaine éloignée des côtes, la place du sport lycéen et des ados, la religion,…
Voilà une série qu’il faut prendre le temps de découvrir !

 - bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Friday Night Lights saison 1 à 5 de Peter Berg. Les Réserver ?*

D'autres conseils de sur notre portail