Les Soprano Saison 1 à 6 de Timothy Van Patten Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

C’est la série avec Oz et The Wire qui a contribué à donner ses lettres de noblesses aux séries. Série culte pour certains. Comment ne pas être fasciné par le personnage inimitable de Tony Soprano, alias le grand regretté James Gandolfini ? Gangster impulsif qui doit gérer de manière équitable sa vie de famille, ses magouilles mafieuses et ses troubles psychologiques.
L'écriture et la réalisation sont impeccables, laissant la part belle à de beaux jeux d'acteurs. Le monde de la mafia y apparaît à la fois fascinant et ridicule avec tous ces gangsters stéréotypés qui flinguent un mec mais vont chez le psy après.

 - bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Les Soprano S1 à 6 de Timothy Van Patten. Les Réserver ?*

D'autres conseils de sur notre portail    
 

Les Soprano - saison 1 Trailer par GQFrance

Des Femmes en séries... Version imprimable

Note : 3/5 (8 notes)

Mots-clés :

J’aime les séries. Pire, je suis une passionnée, une sériephile. Donc, je regarde des séries, j’ai aimé me balader avec Christina et Meridith au Grey Sloan Memorial Hospital, suivre le parcours d’Alicia Florrick, regarder tomber Don Draper, assister à l’ascension puis la chute d’Enoch, côtoyer Cathy Jamison dont l’existence est chamboulée par une révélation, je tremble aux côtés d’ Arya Stark, je veux conquérir le Trône de Fer avec Khaleesi …
Pourquoi je vous raconte ça…je me suis demandée si comme au cinéma, l'univers des séries est lui aussi gouverné majoritairement par des hommes, et j’avoue que j’étais très surprise de découvrir que beaucoup de séries sont créées par des femmes. De l'écriture à la diffusion, les femmes occupent souvent des fonctions importantes.
Aujourd'hui les séries ne sont plus la seule affaire des hommes…Emmenée par l’incontournable Shonda Rhimes, créatrice, entre autres, de « Grey' s Anatomy », « Scandal », « How to get away with murder ». Beaucoup de femmes s’imposent dans ce monde au travers de belles, splendides, magnifiques, virevoltantes, improbables histoires.

Liberté de ton, de création, plus de reconnaissance : la ruée des femmes vers le monde des séries, notamment des actrices et productrices, devrait se confirmer. Surtout, une jeune génération a fait son apparition, avec Lena Dunham en tête avec Girls, sans oublier Mindy Kaling, et Rebel Wilson...

Voici une liste non exhaustive de certaines de ces créations : Insecure d’Issa Rae. Olive Kitteridge de Lisa Cholodenko. Transparent et United States of Tara de Jill Soloway. Jenji Kohan à qui l'on doit Weeds et Orange is the New Black. Fais pas ci, fais pas ça d’Anne Giafferi. Engrenages d’Alexandra Clert. Héroïnes d’Audrey Estrougo. Nurse Jackie de Linda Wallem. The Good Wife de Michèle et Robert King. Masters of Sex de Michelle Ashford. The Big C de Darlene Hunt. Happy valley de Sally Wainwright…

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Une petite sélection ici

Friday Night Lights S1 à 5 de Peter Berg Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Dillon, Texas. Une petite ville où le seul jour qui compte c’est le vendredi, soir de match pour l’équipe de football américain du lycée, les Panthers. Un portrait humaniste de l'Amérique profonde, explorant les arcanes du sport pré-universitaire. Une série parlant de football US adolescent au fin fond du Texas. Le pitch me faisait fuir le plus loin possible. J’ai mis du temps avant de la regarder ( je n’avais plus rien sous la main !) J'ai apprécié qu'une série, au premier abord plutôt réactionnaire, ne tombe que rarement dans la facilité en abordant des thèmes sociétaux comme le racisme ou le droit à l'avortement.
J’ai été surprise par la justesse humaine des personnages et par la manière dont ils m'ont touchée au fil des saisons. Car ce qui intrigue, c’est la justesse de la description d’une petite ville américaine éloignée des côtes, la place du sport lycéen et des ados, la religion,…
Voilà une série qu’il faut prendre le temps de découvrir !

 - bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Friday Night Lights saison 1 à 5 de Peter Berg. Les Réserver ?*

D'autres conseils de sur notre portail       

The Killing S2 de Charlotte Sieling Version imprimable

Note : 4.5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Sarah Lund, enquêtrice danoise mise au placard à la fin de la première saison, revient pour 10 jours d’enquête à haut risque.
10 épisodes, 10 jours d’investigation haletante. Meurtres en série beaucoup plus complexes qu’on ne le suppose.
Les sphères politique, de l’armée et de la police sont impliquées…. Aargh !!!je suis complètement addict de cette série.Scotchée, sonnée….

- Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

The Killing S2 de Charlotte Sieling. Le Réserver ?*

D'autres conseils de sur notre portail



Mildred Pierce de Todd Haynes Version imprimable

Note : 3.4/5 (7 notes)

Mots-clés :

Glendale, Californie, en 1931, Mildred Pierce, femme au foyer de la classe moyenne, cherche à maintenir la position sociale de sa famille au cœur de la Grande Dépression. Après s’être séparée de son mari, elle doit trouver un travail pour subvenir aux besoins de ses deux filles, et tout particulièrement de l’ambitieuse Veda. J’ai beaucoup aimé cette série qui nous plonge dans une Amérique marquée par la Grande Dépression et la prohibition. Mais c’est avant tout le portrait d’une femme indépendante qui fera tout pour réussir, et des relations de plus en plus tumultueuses qu’elle entretient avec sa fille aînée. La mini-série revisite le de Mildred Pierce de James M. Cain, où un film quasi culte avait été réalisé par Michael Curtiz en 1945 avec la magnifique Joan Crawford. Kate Winslet est parfaite dans ce rôle, et mention spéciale à Evan Rachel Wood, qui incarne sa fille vénéneuse avec une variété de sentiments impressionnante. J'encourage tous ceux qui aiment les vraies et belles histoires à découvrir Mildred Pierce. Todd Haynes réussit une magnifique adaptation d'un culte.

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie 

Mildred Pierce de Todd Haynes.

Mildred Pierce de James Mallahan Cain. Le Réserver ?