Geist de Shannon Lay Version imprimable

Note : 3.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Comment ne pas tomber amoureux de la voix de Shannon Lay ? Ses compositions minimalistes à la guitare parfois accompagnée de cordes laisse la place à ses textes sensibles et à ses envolées vocales. Une belle promenade dans son univers épuré.

Caroline - Bibliothécaire à la Médiathèque de Latour -Maubourg

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?

Coral island The Coral Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Un double solaire au mélodies rock-folk intemporelles et pourtant originales. L' est assez varié pour ne pas lasser et s'écoute encore et encore...

Caroline - Bibliothécaire à la Médiathèque de Latour -Maubourg

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?



Daft Punk Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Après 28 ans de carrière, les Daft Punk annonce leur séparation le 22 février 2021. Que l’on aime ou pas ce groupe, on a tous une chanson qui nous a marqué, fait dansé …C’est un groupe, qui a marqué l’histoire de la électronique. Il laisse certaines des chansons de danse et de pop les plus populaires jamais réalisées. Une petite, toute petite sélection …

Ever-roving eye de James Elkington Version imprimable

Note : 4/5 (3 notes)

Mots-clés :

James Elkington pourrait bien faire partie de la catégorie des guitar heroes très discrets, dont la virtuosité non tape à l’œil vous chatouille sans prévenir. Alors que je réécoutais l' 5 de JJ Cale qui berça une petite partie de mon enfance, je tombe avec joie sur cette voix chaleureuse, dans un ensemble guitare-contrebasse-batterie simple et enlevé, orné d'un fingerpicking qui rappellerait volontiers les délicates envolées de la scène folk britannique des années 70 comme Bert Jansch et John Renbourn et leur génial groupe Pentangle.
Et si vous voulez creuser ce fascinant sillon, le label "Paradise for bachelors" qui édite le présent disque semble une porte d'entrée tout à fait recommandable.

Bastien - Bibliothécaire à la Médiathèque de Portes - lès - Valence

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?


Fall in fall out The Luka State Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Amateurs de vrai ROCK sans que ce soit HARD, courrez écouter ce disque ! Batteries percutantes, riffs de guitares, chansons énervées qui rappellent le meilleur du rock britannique, The luka state est un jeune groupe qui nous offre ici un très prometteur !

Caroline - Bibliothécaire à la Médiathèque de Latour -Maubourg

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?

Freddie Mercury : Le Flamboyant ! Version imprimable

Note : 5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Avec une voix hors du commun, Freddie Mercury, flamboyant, charismatique, est une rock star comme il n’y en a pas eu depuis. Il y a 30 ans, le 24 novembre 1991, il mourrait du Sida. En révélant sa séropositivité, même tardivement, Freddie Mercury, icône gay, aura grandement contribué à faire évoluer les mentalités autour du sida. Il est devenu depuis une des figures de la lutte contre le VIH.

L'occasion de rappeler que, contrairement à ce que beaucoup de jeunes pensent, le Sida tue encore aujourd'hui.

Pour faire connaissance ou redécouvrir le talent de Freddie Mercury et du groupe Queen , une sélection ici





Je vous recommande It’s a Sin, une série chorale, qui raconte
sans tabou l'arrivée du sida au sein de la communauté gay londonienne dans les années 80. Le sujet, vous l’aurez compris, est tragique, et pourtant il s’en dégage un tel élan de vie, une énergie galvanisante. On s’attache à tous les personnages, qui sont lumineux, beaux, joyeux...
Mais prenez garde : plus on s’attache, plus on prend le risque de pleurer à chaudes larmes.
Le casting est exceptionnel. La bande originale est un pur régal. Russel T. Davies signe une réalisation poignante, vivante, toujours juste. Que dire de plus : Regardez là !

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Holidays inside de Robbing Millions Version imprimable

Note : 3.6/5 (7 notes)

Mots-clés :

Même s'il y a un éclectisme des titres, il y a une constante dans cet : c'est l'électronique 8 bits avec claviers et orgues sortis des années 80.
Ce son remis au goût du jour se conjugue avec d'autres plus contemporains.
(Robbing Millions alias) Lucien Fraipont casse les rythmes et n'a pas peur d'expérimenter.
Cela donne un gai et surprenant.

Caroline - Bibliothécaire à la Médiathèque de Latour -Maubourg

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?

Stax Records, l'Amérique en claquant des doigts Version imprimable

Note : 4.5/5 (4 notes)

Mots-clés :

Grande rival de la Motown, Stax est un label qui a changé le cours de la mais aussi le visage de l’Amérique. Une maison de disque basée à Memphis dans le Tennessee qui va populariser le rythm & blues, lancer la soul music dans les années 60 et devenir l'un des- fers de - lance du militantisme afro-américain.
Un label qui donne naissance dans les années 1960 à d’immenses artistes comme Otis Redding, Isaac Hayes, Carla Thomas, The Staple Singers, Rufus Thomas pour ne citer qu’eux. Vous ne connaissez pas forcément leurs noms, pourtant chacun de leurs morceaux est un tube qui vous a déjà fait danser...Nous a fait danser !
Nous sommes en 1957. Un frère et sa sœur rêvent d’avoir leur propre maison de disques. Jim Stewart, banquier le jour et violoniste la nuit et sa sœur Estelle Axton réunissent leurs économies pour louer un vieux cinéma dans le quartier noir de Memphis. Jim et la Stax feront beaucoup pour l’intégration raciale dans le sud des États-Unis où la ségrégation dominait. Ils produiront notamment un groupe mixte composé de musiciens noirs et blancs : Booker T & the MG’s.
Comme le résume Al Bell, figure emblématique du label : « La de Stax était une sorte de remède qui venait soigner les douleurs causées aux noirs par la société. Stax s’inscrivait dans la continuité des droits civiques à l’antipode de notre concurrent, la Motown, qui faisait une plus édulcorée, une sorte de pop blanche chantée par des noirs, histoire de plaire aux blancs de la classe moyenne et ainsi passer sur les radios blanches. La de Stax, c’était tout le contraire, c’était une brute qui sortait des tripes de nos églises au fin fond du Mississippi. »

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Pour découvrir ou redécouvrir les productions Stax, une sélection ici
Je vous recommande chaudement des Podcast sur France Culture.
Changement de ton : Stax Records ici
Eloge des disques Stax , berceau de la Soul ici