Taiga de Zola Jesus Version imprimable

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :

Cinquième de Zola Jesus, alias Nika Roza Danilova, Taiga est une production différente, plus accessible. La jeune femme se tourne vers une électro pop moderne après des débuts beaucoup plus expérimentaux. Malgré des textes qui restent sombres et abordent des sujets tels que l'addiction, l'artiste se tourne un peu plus vers la lumière et c'est bien cette sensation de "luminosité" à travers cette sombre forêt boréale qu'est la "taiga" qui domine dans les morceaux, avec la belle voix de Zola Jesus.

- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir     

Vous trouverez ce
CD à l'espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir.
Le Réserver ?

D'autres conseils d'écoute sur notre portail
Musiques.

La musique et le Festival de Cannes Version imprimable

Note : 3/5 (5 notes)

Mots-clés :

"Le couple -cinéma est devenu un couple célèbre, un couple à histoires, prompt aux querelles, voire aux projets de divorce, mais générateur aussi de quelques chefs-d'oeuvre lorsque l'entente, la compréhension, l'amour pour tout dire, unit ou confond les deux pensées créatrices". (Georges Hacquard, 1959)

Même si aucune Palme n'est décernée aux musiques de films, la a toujours été très présente sur le festival cannois ... Indiscociable des films, elle marque, accompagne, et renforce ...

Rappelez vous : Pulp Fiction en 1994 et son incroyable bande-son avec Al Green, Chuck Berry, Kool & the Gang  ou encore Dancer in the Dark en 2000 avec les musiques de Björk ...


Retrouvez ici ces CD : Pulp Fiction et Dancer in the Dark
 

Pour cette 68ème édition, la est toujours là, en lien étroit avec le 7ème art.

Ainsi, bien que le jury de Cannes s'ouvre rarement aux chanteurs, c'est année c'est pourtant Rokia Traoré qui a été choisie pour faire partie du Jury présidé par les frères Coen. Auteur-compositeur et interprète malienne, elle sera donc "la voix de l'Afrique". Rokia Traoré se distingue par son style alliant traditionnelle et moderne.
 

Les CD de l'artiste malienne sont ici



A retenir également la diffusion, en séance spéciale (hors compétition) qui a eu lieu le 16 mai 2015, du de Asif Kapadia (qui a précedemment réalisé "Senna") sobrement intitulé "Amy", hommage à la diva jazz et soul Amy Winehouse, disparue en 2011. Ce retraçant la courte vie de la jeune femme sortira en juillet sur nos écrans et les critiques l'ont déjà qualifié de "bouleversant et d'éblouissant".
 

Les lauréats ne sont pas encore connus, mais voici quelques bandes originales des films en compétition cette année :

Le fils de Saul de László Nemes avec une bo de son compatriote hongrois : le violoniste Melis László


Mia Madre de Nanni Moretti avec une bo d'Arvo Pärt


Carol de Todd Haynes avec une bo jazz des années 50 et le piano minimaliste de Carter Burwell


Tale of Tales de Matteo Garrone avec une bo d'Alexandre Desplat

 

 
Vous pouvez aussi retrouver les bandes originales qui ont retenu notre attention cette année :

Cloud Atlas, de Tom Tykwer, Lana et Andy Wachowski
Samba, de Eric Toledano et Olivier Nakache
Under the Skin, de Jonathan Glazer
Interstellar, de Christopher Nolan
Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson
Timbuktu, de Abderrahmane Sissako

Film of life de Tony Allen Version imprimable

Note : 2.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Cet porte bien son nom : c'est en effet la bande-son de la vie artistique de Tony Allen qui défile dans nos oreilles. Depuis sa grande période afrobeat où il révolutionna le swing africain au côté de son complice Fela Kuti jusqu'à nos jours, en passant par le funk, le jazz ou le dub, le batteur nigérian étale ainsi, sur pas moins de quatre décennies, tout l'éventail de son talent. Les influences pop et la soul dominantes se marient parfaitement sur les dix morceaux d'un qui donne à lui seul envie de redécouvrir l'ensemble de l'œuvre du maître. A retrouver dans le concert live donné pour la radio FIP.

- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir 

Vous trouverez ce CD à l'espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir.
Le Réserver ?

D'autres conseils d'écoute sur notre portail Musiques

BB King, la légende du Blues Version imprimable

Note : 3.3/5 (7 notes)

Mots-clés :

Riley B. King grandit dans la région du « Delta ». Orphelin à neuf ans, il connaît l’existence des travailleurs agricoles dans le Mississippi. Initié à la guitare par un prédicateur, ami de sa famille, il va tout d’abord faire parti d’un groupe de gospel avant de découvrir le blues pendant son séjour à l’armée. En 1948, il fuit la plantation et s’installe à Memphis pour tenter une carrière de musicien. Il parvient à s’imposer dans le quartier de Beale Street grâce à une émission de radio qu’il anime et devient alors « Beale Street Blues Boy » puis simplement B.B. Fin 1951 « Three O’Clock Blues », premier d’une longue série de hits, fait son entrée sur les hits parades, c’est le début d’une carrière nationale fulgurante. Les années 50 sont particulièrement fructueuses pour King avec des titres comme « You know I love you », « Please love me », « You upset me baby », « Eveyday I have the blues »… En 1956, année au cours de laquelle il donne pas moins de 342 concerts, le public afro-américain découvre alors son style hérité de Lonnie Johnson, T-Bone Walker et même Django Reinhardt. Cette même année il devient producteur, fonde son label "Blues Boys Kingdom", situé à Memphis, et lance de nombreux artistes. En 1969, il entame une tournée américaine avec les Rolling Stones, et assure leur première partie. Dès lors, ses concerts européens deviennent réguliers. La consécration vient en décembre 1969. Il sort son titre le plus célèbre, celui qui lui procurera une renommée mondiale : « The thrill is gone ». La chanson lui permet de toucher un public plus large. Alors que B.B. King aime dire « qu'un Noir qui chante le blues est doublement noir », et malgré la ségrégation raciale, il triomphe devant des parterres majoritairement blancs. En 1988, le "Blues Boy" s’essaie au rock et réalise un morceau avec le groupe U2 : « When loves comes to town ». L’ se vend à 14 millions d’exemplaires. En 2003, le magazine Rolling Stone le classe en troisième position des meilleurs guitaristes de tous les temps, derrière Jimi Hendrix et Duane Allman. Née à l’époque du swing et des big bands, sa a réussi à s’épanouir et à s’imposer au fur et à mesure que le rythm&blues, le rock’n’roll, la soul, le funk et le rap monopolisaient le devant de la scène. « La carrière de B.B. King est une leçon de réussite donnée par un individu brillant qui a compris d’emblée que la pérennité du succès passe par un effort soutenu et un apprentissage permanent. » Beaucoup d'artistes rock se sont réclamés de son influence, notamment les Rolling Stones ou Eric Clapton. A Memphis, l'enseigne du « B.B. King's Blues Club » domine celle de ses concurrents, le long de Beale Street qui plonge dans le Mississipi et fut officiellement consacrée « maison du blues » en 1977. B.B. King restera le Roi incontesté du blues.

- discothécaire à la médiathèque Simone-de-Beauvoir 

Réserver et écouter B. B King ici
 

The Groove sessions volume 3 de Chinese Man Records Version imprimable

Note : 2/5 (5 notes)

Mots-clés :

Chinese Man est un collectif de trois musiciens marseillais. Ils ont fondé leur label « Chinese Man Records » qui fête cette année ses dix ans. L'occasion de réaliser un très riche, riche en sonorités (electro, dub, hip-hop, trip hop...) et en invités (pas moins de 20 sur cet opus). Malgré une dominante hip hop, on peut dire qu'il y en a pour tous les goûts. Une énergie communicative et un sens du groove qui va vous donner une envie irrépressible de danser !

- discothécaire à la médiathèque Simone-de-Beauvoir 

Vous trouverez ce
CD à l'espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir. Le Réserver ?

D'autres conseils d'écoute sur notre portail
Musiques