Freddie Mercury : Le Flamboyant ! Version imprimable

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :

Avec une voix hors du commun, Freddie Mercury, flamboyant, charismatique, est une rock star comme il n’y en a pas eu depuis. Il y a 30 ans, le 24 novembre 1991, il mourrait du Sida. En révélant sa séropositivité, même tardivement, Freddie Mercury, icône gay, aura grandement contribué à faire évoluer les mentalités autour du sida. Il est devenu depuis une des figures de la lutte contre le VIH.

L'occasion de rappeler que, contrairement à ce que beaucoup de jeunes pensent, le Sida tue encore aujourd'hui.

Pour faire connaissance ou redécouvrir le talent de Freddie Mercury et du groupe Queen , une sélection ici





Je vous recommande It’s a Sin, une série chorale, qui raconte
sans tabou l'arrivée du sida au sein de la communauté gay londonienne dans les années 80. Le sujet, vous l’aurez compris, est tragique, et pourtant il s’en dégage un tel élan de vie, une énergie galvanisante. On s’attache à tous les personnages, qui sont lumineux, beaux, joyeux...
Mais prenez garde : plus on s’attache, plus on prend le risque de pleurer à chaudes larmes.
Le casting est exceptionnel. La bande originale est un pur régal. Russel T. Davies signe une réalisation poignante, vivante, toujours juste. Que dire de plus : Regardez là !

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Avant les années terribles de Victor del Arbol Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Isaïe a fui l’Ouganda dont la guerre qui l’a opposé à la Tanzanie à la fin des années 70 a eu des répercussions au-delà des années 80. Il a trouvé refuge en Espagne alors qu’il n’avait que 16 ans. Depuis, il s’est peu à peu reconstruit malgré les marques sur son corps qui lui rappelle tout ce qu’il a et ce qu’il a perdu là-bas. Un jour, une vieille connaissance à lui passe la porte de son atelier de réparation de vélo. Cet homme du passé, Isaïe aurait aimé ne jamais le revoir. Il parvient à convaincre Isaïe de revenir dans son pays natal, lui qui s’était juré de ne jamais y retourner. Le visiteur insiste, d’ailleurs il lui confie qu’une personne chère à son cœur l’attend là-bas. Commence alors l’histoire d’Isaïe, de son frère Joël, de sa famille et de son pays. L’auteur fait des allers-retours entre présent (2014) et passé (années 80). On découvre l’ampleur du drame qu’a ce peuple ougandais et à travers lui Isaïe et Joël, symboles de ces enfants enlevés pour devenir enfants soldats.
Habituellement, Victor del Arbol est un auteur de policier dont les trames vous embarquent à travers l’Histoire, celle de l’Espagne principalement. Dans ce , il traverse la Méditerranée mais continue à nous happer par des histoires très bien écrites. J’ai beaucoup aimé.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Avant les années terribles de Victor del Arbol - Actes Sud. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Holidays inside de Robbing Millions Version imprimable

Note : 3.6/5 (7 notes)

Mots-clés :

Même s'il y a un éclectisme des titres, il y a une constante dans cet : c'est l'électronique 8 bits avec claviers et orgues sortis des années 80.
Ce son remis au goût du jour se conjugue avec d'autres plus contemporains.
(Robbing Millions alias) Lucien Fraipont casse les rythmes et n'a pas peur d'expérimenter.
Cela donne un gai et surprenant.

Caroline - Bibliothécaire à la Médiathèque de Latour -Maubourg

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?

Joséphine Baker : Des années folles au Panthéon Version imprimable

Note : 3/5 (4 notes)

Mots-clés :

 Icone des années folles, ancienne résistante, symbole de la lutte pour l'égalité, de la fraternité...
Aujourd'hui, 30 novembre 2021, Joséphine Baker entre au Panthéon ! 
 
Je vous recommande chaudemement la lecture de Bio-graphique.
 
Quelle belle et magnifique BD et qui mieux que Catel et Boquet pour raconter la vie de Joséphine Baker, d’une femme extraordinaire, à la vie hors norme, une femme qui a plusieurs vies en une.
Les auteurs nous dévoilent toutes les facettes de cette femme emplie de convictions : muse de nombreux artistes, Reine du music-hall, militante contre la ségrégation raciale, agent du contre-espionnage de la France Libre, mère adoptive d’une douzaine d’enfants venus d’horizons divers… Je ne connaissais de Joséphine Baker que quelques bribes de sa vie, grâce aux auteurs, j’ai découvert une femme extraordinaire, une héroïne d’un grand et beau , une personnalité pétillante, une force de la nature qui s’est donnée corps et âme à ses passions… Après les formidable Kiki de Montparnasse et Olympe de Gouges, José-Louis Bocquet et Catel mettent en lumière une autre femme exceptionnelle… les magnifiques dessins en noir et blanc de Catel nous font découvrir le destin incroyable de ce personnage unique ! Quel que soit le sujet auquel ils s’attaquent, Catel et Bocquet ne déçoivent jamais. N’hésitez pas une seule seconde.

 - bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Joséphine Baker de Catel et BocquetCasterman. Le Réserver?*
Olympe de Gouge. Le Réserver ?
Kiki de Montparnasse. Le Réserver ?

Mr. Gwyn de Alessandro Baricco Version imprimable

Note : 3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Pur plaisir !
Ce livre nous transporte dans l’univers d’un écrivain reconnu qui dresse une liste de 52 choses qu’il ne fera plus jamais, la dernière étant : écrire un .
Son éditeur et ses lecteurs ne veulent pas le croire. Il se retire quelque temps, mais l’artiste en lui est toujours vivant. Il décide de louer un atelier et de réaliser des portraits écrits.
Drôle, brillant, formidablement écrit, il est question de choix de vie, de rencontres, d’expression de l’art, le tout avec une touche de fantaisie délicieuse. J’ai adoré !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques de ValenceRomansAgglo.

Mr. Gwyn de Alessandro Baricco - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Stax Records, l'Amérique en claquant des doigts Version imprimable

Note : 4.5/5 (4 notes)

Mots-clés :

Grande rival de la Motown, Stax est un label qui a changé le cours de la mais aussi le visage de l’Amérique. Une maison de disque basée à Memphis dans le Tennessee qui va populariser le rythm & blues, lancer la soul music dans les années 60 et devenir l'un des- fers de - lance du militantisme afro-américain.
Un label qui donne naissance dans les années 1960 à d’immenses artistes comme Otis Redding, Isaac Hayes, Carla Thomas, The Staple Singers, Rufus Thomas pour ne citer qu’eux. Vous ne connaissez pas forcément leurs noms, pourtant chacun de leurs morceaux est un tube qui vous a déjà fait danser...Nous a fait danser !
Nous sommes en 1957. Un frère et sa sœur rêvent d’avoir leur propre maison de disques. Jim Stewart, banquier le jour et violoniste la nuit et sa sœur Estelle Axton réunissent leurs économies pour louer un vieux cinéma dans le quartier noir de Memphis. Jim et la Stax feront beaucoup pour l’intégration raciale dans le sud des États-Unis où la ségrégation dominait. Ils produiront notamment un groupe mixte composé de musiciens noirs et blancs : Booker T & the MG’s.
Comme le résume Al Bell, figure emblématique du label : « La de Stax était une sorte de remède qui venait soigner les douleurs causées aux noirs par la société. Stax s’inscrivait dans la continuité des droits civiques à l’antipode de notre concurrent, la Motown, qui faisait une plus édulcorée, une sorte de pop blanche chantée par des noirs, histoire de plaire aux blancs de la classe moyenne et ainsi passer sur les radios blanches. La de Stax, c’était tout le contraire, c’était une brute qui sortait des tripes de nos églises au fin fond du Mississippi. »

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Pour découvrir ou redécouvrir les productions Stax, une sélection ici
Je vous recommande chaudement des Podcast sur France Culture.
Changement de ton : Stax Records ici
Eloge des disques Stax , berceau de la Soul ici

True Story de Kate Reed Petty Version imprimable

Note : 3/5 (3 notes)

Mots-clés :

déroutant que celui-ci. Construit comme un patchwork de récits sans liens apparents, le relate l’histoire d’Alice. Lorsque le commence, Alice est adulte, elle a trouvé refuge en Espagne pour échapper à son passé récent et peut-être tenter de se reconstruire. Elle vient juste de terminer l’écriture de ce qui s’est passé lorsqu’elle avait 17 ans et des conséquences que cela a eu sur sa vie. Ce récit elle l’offre à sa meilleure amie Haley qui depuis toutes ces années n’a eu de cesse de la pousser à témoigner de ce qu’elle a . A 17 ans, Alice était une lycéenne normale, elle se préparait à intégrer une école de journalisme et rêvait d’écrire un film d’horreur avec Haley. Lors d’une soirée bien arrosée dont l’équipe de crosse du lycée a le secret, elle s’enivre suffisamment pour ne plus se souvenir de rien. Ce n’est que le lendemain qu’elle apprend ce qui s’est passé. Deux garçons de l’équipe de crosse se vantent d’avoir profité d’elle sur la banquette arrière chacun à leur tour. La rumeur enfle, le récit se fait et se défait au gré des adolescents, se propage avec de plus en plus de détails, Alice devient un sujet de moqueries. Harcelée, elle fait une tentative de suicide. Seule Haley prend sa défense devant les insultes Les choses deviennent sérieuses, il faut que la vérité éclate. Mais quelle vérité ? Celle de l’équipe de crosse ? Celle d’Alice qui ne se souvient de rien et imagine le pire ? Voilà comment sur un bruit, une rumeur, une envie de nuire, de se vanter, de protéger et même avec la meilleure cause au monde, la vie de quelqu’un peut devenir un enfer. Bien sûr personne ne pense à cela, on n’est trop dans l’immédiateté, trop soucieux de sauver les apparences la plupart du temps.
J’ai beaucoup aimé la première partie du malgré les colères qu’elle a provoquées chez moi. Ensuite le récit était plus déconstruit et donc assez déconcertant mais sans doute s’agissait-il pour l’auteure-Alice de se reconstruire en se donnant « le beau rôle » ou en conduisant le protagoniste masculin à la déchéance. A croire que l’auteure peut elle aussi faire croire n’importe quoi au !

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

True Story de Kate Reed Petty - Gallmeister. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Club coco de Coco Maria Version imprimable

Note : 3.2/5 (5 notes)

Mots-clés :

La compile des tubes de l'été est arrivée ! On n'en attendait pas moins de l''excellent label suisse Bongo Joe Records, qui nous délivre une bienheureuse sélection de cumbia, bullerengue, vallenato, et maloya des meilleurs tonneaux (notamment Folkwelt et Catapulte Records).
C'est chaleureux et ça donne envie de se rouler par terre.

Bastien - Bibliothécaire à la Médiathèque de Portes - lès - Valence

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans. Le Réserver ?