Everyday robots de Damon Albarn Version imprimable

Note : 2.5/5 (4 notes)

Mots-clés :

A 45 ans et après 25 ans de carrière, Damon Albarn sort son premier solo. Pas vraiment rock, de nombreuses balades se succèdent, les chansons sont calmes et apaisantes, sans jamais être tristes.On retrouve la voix si particulière que l'on a connu à travers de nombreux groupes (Blur, Gorillaz, ...) et la patte de musicien reconnaissable avec ses touches d'électro et autres sons.A noter : la participation de Brian Eno sur "Heavy seas of love" ainsi que la collaboration du producteur Richard Russell à qui l'on doit entre autres Prodigy, The White Stripes, Adèle, ...En bref, Everyday Robots est un sans fioritures mais riche et sincère. A écouter !


- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir     

Vous trouverez ce
CD à l'espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir.
Le Réserver ?

D'autres conseils d'écoute sur notre portail
Musiques

Run de Talisco Version imprimable

Note : 3.5/5 (4 notes)

Mots-clés :

L’intro du premier morceau de cet vous fera peut-être penser : j’ai déjà entendu cette quelque part, film, série, pub ? Qu’importe, en fait tous les titres de Talisco pourraient servir de générique au cinéma, à la télévision ou à la radio, et ce constat n’est en aucun cas péjoratif. La force d’entraînement de la pop très léchée du Parisien Jérôme Amandi, alias Talisco, ne devrait pas vous laisser insensible. Nous vous conseillons donc de l’écouter, sans rien faire d’autre et les yeux fermés, afin de vous faire vos propres films. En vous évadant par exemple sur « Your wish », ici en session live à Berlin.

- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir

Vous trouverez ce CD à l'espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir.
Le Réserver ?


D'autres conseils d'écoute sur notre portail Musiques

Le monde d’Aïcha d’Ugo Berttoti Version imprimable

Note : 3.8/5 (5 notes)

Mots-clés :

"Nous sommes tous, les hommes comme les femmes, prisonniers d’un cercle tribal, qui se nourrit de pauvreté et d’ignorance, qui fait peur. C’est là mon pays, archaïque, abimé et magnifique (Aïcha)."
La révolution yéménite de 2011 et la remise du prix Nobel de la paix à la militante Tawakkul Karman avaient permis de braquer, pendant quelques semaines, les projecteurs sur la situation des femmes au Yémen. Mais que sait-on vraiment de ce pays, l'un des plus pauvres au monde, et de la vie de ses habitantes ? A travers trois portraits, l’auteur trace des fragments de vie dans un des pays où les femmes ont le moins de droits, soumises à l’honneur de la famille et aux traditions religieuses. Les attentes et les rêves de Sabiha, Hamedda et Aïcha laissent entrevoir un espoir de changement pour la nouvelle génération du Yémen. Des portraits réussis et bouleversants de femmes qui luttent au quotidien contre les traditions et qui veulent acquérir leur émancipation…, le sort des femmes est, c'est le moins qu'on puisse dire, peu enviable. Pourtant, de plus en plus nombreuses sont celles qui, pas à pas, mènent une bataille courageuse pour leur émancipation. Une révolution, de moins en moins silencieuse .

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie

Le monde d’Aïcha d’Ugo Berttoti - Futuropolis. Le Réserver ?

D'autres conseils  sur notre portail  

Une femme aimée d'Andreï Makine Version imprimable

Note : 2.8/5 (4 notes)

Mots-clés :

Coïncidence : je viens de lire l’un à la suite de l’autre des romans dont le titre comporte le mot « femme » : Une femme aimée de Makine et La Femme de nos vies de Didier van Cauwelaert… Et quelles femmes toutes les deux ! J’ai aimé le de Makine qui entremêle de manière ingénieuse deux époques : la Russie de XVIIIe siècle et la Russie moderne, communiste et post-communiste. Le cinéaste Oleg Erdmann, d’origine russo-allemande comme l’impératrice Catherine la Grande, connaît par coeur la biographie de cette princesse allemande qui a influencé pour toujours le destin de sa famille. Il désire savoir qui elle était vraiment et est déterminé à défendre son image. Est-ce que la tsarine, qui est présentée par l’histoire comme une nymphomane, une femme qui a dépassé les limites en matière de pouvoir, de passion et de plaisirs charnels, a-t-elle été jamais aimée par un homme ?

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

Une femme aimée d'Andreï Makine - Seuil. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Les grands de Sylvain Prudhomme Version imprimable

Note : 3.6/5 (5 notes)

Mots-clés :

La lecture de ce livre réveille ma nostalgie de ce milieu des années 70. Je regrette beaucoup cette époque, cette Histoire, qui n’a pas encore eu lieu. Je veux parler de cet immense espoir qu’a fait naître cette petite parenthèse enchantée, du milieu des années 70 dans les pays dont il est question dans le de Sylvain Prudhomme, anciennes colonies portugaises qui accédaient à l’indépendance, grâce à des Amilcar Cabral. Espoir porté aussi grâce à tous ces groupes et musiciens de ces pays-là, un peu comme des porte-voix, jusqu’à des personnes comme moi, pré-ado, ado peut-être déjà, les sens à l’affût, m’en prenant plein les oreilles. Espoir de toute une génération, ce rêve est demeuré en l’état. Certes, les pays concernés ont acquis, de haute lutte, l’indépendance sur le papier. Mais après ? Ce livre me touche également car il y est question (brièvement) d’un grand musicien José Carlos Schwarz, l’une des voix majeures de ces années-là, que j’aime particulièrement écouter. A la lecture de ce , j’ai la sensation d’être en présence d’un ami qui me parle d’amis communs. C’est une chose qui me fait du bien. L’une des parties que j’ai bien aimé lire, est celle qui va du second paragraphe de la page 160, jusqu’à la fin du 1er paragraphe de la page 163. Je trouve que la façon dont est décrite, racontée, cette scène, met le doigt sur l’une des innombrables raisons qui font que le rêve dont je parlais plus haut, est resté à l’état embryonnaire. A la façon dont il a écrit ce , on sent que Sylvain Prudhomme aime les contrées dont il est question dans son livre et leurs habitants. C’est également une chose qui me fait du bien. Sylvain Prudhomme est un auteur dont je vais suivre le travail, en commençant par me procurer ses livres précédents.

Betty - des Lectures Irrésistibles. Organisé à la Médiathèque Simone de Beauvoir tous les premiers jeudis du mois à 16H.Une suggestion de lecture proposée au club des Irrésistibles du Réseau des Bilbiothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

 Les grands
de Sylvain Prudhomme - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail