Goncourt des lyvéens 2017 : L'art de perdre d'Alice Zeniter Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Je suis très mais très contente que ce très beau qu’est l’Art de perdre vient de gagner le Goncourt des Lycéens. J’ai mis mes pas sur les pas d’Alice Zeniter et j’ai fait ce voyage entre l’Algérie et la France avec un arc en ciels d’émotions.

 

Naïma, jeune trentenaire parisienne, se heurte au silence de son père, Hamid lorsqu'elle interroge sur ses origines. Elle est née dans une famille harki mais ne sait rien de l’Algérie ni de l’enfance de son père débarqué à Marseille en 1962. Une exposition consacrée à un peintre kabyle se présente comme l’occasion d’aller en Algérie sur les pas de son père, de son grand-père, dans les collines escarpés de Kabylie.
Naïma remonte le temps pour raconter sur un siècle le destin de sa famille entre l’Algérie et la France.
Dès les premières pages, j'ai su que j'allais aimer ce , je ne savais pas pourquoi mais c'était une évidence. Il y a des romans qui vous embarquent tout de suite.

- bibliothécaire à la Médiathèque Monnaie

L'art de perdre d'Alice Zeniter - Flammarion. Le Réserver ?

Lire aussi la critique de ici

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Big little lies de David E. Kelley Version imprimable

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

Madeline, Jane et Céleste se lient d’amitié par l’intermédiaire de leurs enfants, elles ne se doutent pas qu’elles vont se retrouver, des mois plus tard, au centre d’un tragique accident, survenu à la fête de l’école. Qui est mort ? Crime ou accident ? Secrets, rumeurs et mensonges ne faisant pas bon ménage, tout l’univers de la petite ville de Monterey va être secoué. Une minisérie époustouflante et très bien menée. Dilemme entre vies professionnelles et vie de famille, divorce, viol, violence conjugale, tromperie... autant de thèmes abordés en profondeur et avec justesse. Agréablement surprise, j'ai commencé la série sans vraiment y croire et pourtant malgré quelques lenteurs, cette série se révèle être une pépite de narration visuelle et scénaristique. Une histoire prenante, des actrices impressionnantes.

Big Litlle lies est l’adaptation du livre Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty. Le Réserver ?

Big little lies de David E. Kelley. Le Réserver ?

D'autres conseils de sur notre portail  

Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan Lahrer Version imprimable

Note : 3/5 (2 notes)

Mots-clés :

Erwan Lahrer a quitté l’industrie musicale il y a une quinzaine d’années pour devenir écrivain. Ce est son septième ouvrage. Grand amateur de , il s’est retrouvé naturellement cette nuit du 13 novembre au Bataclan. Il a en direct l’assaut des terroristes et a reçu une balle dans la fesse. Erwan Larher aborde l’inabordable avec une intelligence incroyable. Comment parler de soi sans prendre toute la place et adopter une position de victime ? Il ne fait pas un livre « sur », mais réussit un livre « autour » grâce à une construction littéraire très particulière où son récit chronologique des évènements est entrecoupé par la réaction de ses proches le sachant au Bataclan ce soir-là. Cet aller-retour « extérieur-intérieur » donne beaucoup de force au récit en mêlant les échos intimes et collectifs.
Avec beaucoup de recul l’auteur aborde cette nuit d’horreur et les mois qui l’ont suivie avec une grande sincérité, beaucoup d’humilité mais également une bonne dose d’humour. Il distille également un message humaniste : face à ce monde violent, pour faire barrage à la barbarie il est temps de partager de la bienveillance, de l’amour et de la fraternité. Le désir de vie doit être plus fort que l’obscurantisme !
Un bouleversant qui donne de l’espoir et l’envie de vivre comme on ne peut l’exprimer qu’après avoir côtoyé la mort.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan LahrerQuidam. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

And the great unknown de Bror Gunnar Jansson Version imprimable

Note : 3/5 (2 notes)

Mots-clés :

Après la sortie de l’EP « And The Great Unknown Part I » en début d’année, l’ « Part II » confirme tout le bien qu’on pensait déjà de Bror Gunnar Jansson. Une voix écorchée et un blues décomplexé qui explore tous les territoires, voilà la recette gagnante du Suédois au look rétro. Après deux albums déjà très aboutis, le troisième surprend et séduit dès la première écoute. Avec huit titres aux influences variées qui marient sonorités hispanisantes, rock et blues. Et un savant dosage permettant de conserver une cohérence à ce nouvel qui fait gravir au Suédois encore une marche au panthéon des bluesmen. Ce que l’on ne croyait pourtant pas possible au vu de la qualité de ses deux premières productions. Chapeau !
 
- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir

Vous trouverez ce
CD à l'espace musique des
Médiathèques de Valence Romans.
Le Réserver ?*

Capitol vision de Talisco Version imprimable

Note : 3.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Douze morceaux et autant de tubes en puissance pour ce deuxième de Talisco. Des titres pop-rocks entraînants à souhait (« Monsters and black stones », « Loose » « The Martian Man »,…) nous plongent dans l’univers lumineux de l’artiste à grand renfort de guitares électriques, de chœurs et de batterie. Il y a également des morceaux qui se distinguent comme « Sitting with the Braves » avec ses influences psychédéliques ; ou encore « Before the dawn » plus calme, qui se termine par un solo de batterie époustouflant. Mention spéciale à « Behind the River » où Talisco montre tout son talent de chanteur ! Un qui met en forme, à écouter pour prolonger l’été !

- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir     

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans.
Le Réserver ?
*