Clandestino de Hubert Paris Version imprimable

Note : 3.7/5 (7 notes)

Mots-clés :

Hubert, journaliste, est envoyé en Algérie pour réaliser un reportage sur les migrants dans les monde. A Oran, il fait la connaissance de deux jeunes qui veulent traverser la mer clandestinement. L'un d'entre eux est "harraga". Hubert suit leur chemin et il atterrit en Andalousie à Almeria une des principales entrées en Europe pour les migrants au même titre que Lampedusa en Italie et Patras en Grèce. Il découvre et nous relate la dure réalité : trente mille serres environ, disposées à touche-touche sur trente à quarante mille hectares. C'est une tache blanche au sud de l'Espagne que l'on distingue très nettement sur les photos satellites. Des dizaines de milliers d’immigrés y travaillent afin de fournir en permanence des fruits et des légumes aux consommateurs européens. Une main d'oeuvre au début nationale, ensuite issue principalement de l'immigration « légale » organisée (Maroc, Pologne, Roumanie, etc.) et enfin constitué de Sans-Papiers venant d'Afrique, d'Amérique du Sud ou des pays de l'Est. Almeria combine le taux d’ensoleillement le plus élevé d’Europe avec la main-d’œuvre la plus mal payée.
Une bd reportage très bien construite, un témoignage sur l'immigration clandestine.

- bibliothécaire à la médiathèque Monnaie

Clandestino de Hubert Paris - Glénat. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le muret de Céline Fraipont et de Pierre Bailly Version imprimable

Note : 2.7/5 (6 notes)

Mots-clés :

Belgique, 1988. Une mère partie à Dubaï vivre sa nouvelle histoire d'amour, un père quasi-absent qui se réfugie dans le travail, un corps qui commence à se transformer... voilà le décor pour Rosie, 13 ans. Heureusement qu'il y a Nath, sa meilleure amie, pour briser la solitude grandissante qui la ronge. Mais, bientôt, celle-ci finira également par l'abandonner. Alors, il ne restera à Rosie, pour ultime compagnie, que sa bouteille de whisky. Un jour, assise sur le muret, autrefois symbole de son amitié avec Nath, elle rencontre Jo, 16 ans, fan de rock, marginal et mystérieux dans lequel elle va se reconnaître et qui va devenir son univers.
Voilà une chronique juste de l'adolescence, servie par un superbe dessin en noir et blanc. Pas de mots, pas de traits de crayon en trop : les auteurs laissent les séquences vivre, les silences se faire, les images se dérouler sous nos yeux avec une sensibilité et un savoir-faire maîtrisés. Pendant cette lecture, j'ai beaucoup pensé à une autre bd : Le bleu est une couleur chaude de Maroh (lire la critique ici) qui avait suscité en moi la même nostalgie douce-amère. Deux réussites qui mettent en scène de belles histoires d'amour tragiques à travers des adolescentes en proie à la violence de leurs sentiments et du monde extérieur.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir          

Le muret de Céline Fraipont et de Pierre BaillyCasterman. Le Réserver?

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

Ardalen de Miguelanxo Prado Version imprimable

Note : 3.4/5 (5 notes)

Mots-clés :

Sabela est à la recherche de son grand père. Elle se rend dans un petit village de Galice d'où plusieurs personnes sont parties pour l'Amérique du sud et pourraient avoir rencontré son aïeul. Elle fait la connaissance de Fidèle, un vieux qui vit a l'écart du village et qui semble avoir des informations qui intéressent la jeune femme. En réalité, Fidèle s'avère avoir perdu la tête ou mieux avoir la tête encombrée de souvenirs qui appartiennent à d'autres personnes et qui ont été emporté par l'Ardalen, le vent des mémoires.
Que dire de cette BD ? Au début, j'en ai rien aimé, ni les dessins, ni l'écriture, ni l'histoire. Et puis je me suis laissée emporter par la poésie et la douceur de certains personnages. J'ai aimé partager les beaux souvenirs de Fidèle. Finalement, je me suis retrouvée au milieu des poissons volants complètement plongée dans l'histoire emportée par l'Arvalen, moi aussi ! Un moment de pause bien agréable.

- bibliothécaire à la médiathèque Monnaie

Ardalen de Miguelanxo Prado - Casterman. Le Réserver ?

D'autres conseils  sur notre portail  

Un thé pour Yumiko de Fumio Obata Version imprimable

Note : 3/5 (6 notes)

Mots-clés :

Yumiko est une jeune graphiste japonaise vivant à Londres depuis bientôt dix ans. S'étant complétement intégrée à sa vie anglaise, elle s'est progressivement éloignée de ses racines et de sa famille. Mais le décès accidentel de son père va l'obliger à repartir près des siens et à s'interroger sur son identité nippone.
Cette bande dessinée m'a offert un joli moment de lecture. Le dessin délicat et japonisant à l'aquarelle sert parfaitement ce retour au pays natal. Mais plus qu'un sur l'exil, Un thé pour Yumiko est le récit d'une femme qui se bat pour concilier son passé et son présent et être simplement elle-même. J'ai été séduite par la poésie, l'onirisme et la sensibilité qui s'échappent de chaque page comme des bulles de fraîcheur.

- bibliothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir

Un thé pour Yumiko de Fumio Obata - GallimardLe Réserver?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L’arabe du futur T1 de Riad Sattouf Version imprimable

Note : 3.2/5 (4 notes)

Mots-clés :

Cette BD est une très belle surprise ! Une très belle idée, ce titre, j’adore. Dans ce premier tome qui retrace les premières années de sa vie, Riad Sattouf nous raconte son enfance. Né d’une mère bretonne et d’un père syrien, Riad qui est blond comme les blés grandit entre la France, la Syrie et la Libye. Après ses études à Paris, le père est nommé professeur en Libye. Toute la famille part dans ce pays Ubuesque. Après un petit intermède breton, le jeune Riad et ses parents partent s’installer en Syrie, dans le village de la famille paternelle. Mais Riad a très peur d’aller à l’école, car ses camarades le malmènent. Son père ne veut rien savoir : pour lui, l’Arabe du futur va à l’école ! L’homme arabe doit s’éduquer pour sortir de l’obscurantisme religieux J’ai été autant touché par le récit que par le dessin. L’Arabe du futur montre le regard candide d’un enfant qui tente de s’adapter à son environnement. C’est un témoignage tendre, lucide, féroce teinté d’humour.
J’ai beaucoup ri, sourit en lisant cette BD. Je n’attends qu’une chose la suite !

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

L’arabe du futur
T1 de Riad Sattouf - Allary. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail