Violette Nozière, vilaine chérie de Eddy Simon et Camille Benyamina Version imprimable

Note : 2.6/5 (5 notes)

Mots-clés :

Paris 1934, une jeune fille de 19 ans, magnifique et très chic, est dans le box des accusés.
Pourquoi se retrouve-t-elle là ?
Petit retour en arrière, Violette Nozière est une très belle jeune fille choyée par ses parents. Mais Violette s’ennuie, elle rêve d’une vie de lumière et de luxe. Elle aime parader, séduire… Mais comment faire, quand on vient d’une famille modeste. Violette s’invente une vie, elle ment, elle triche, elle séduit les hommes, tous les hommes…Jusqu’au jour ou elle tombe amoureuse d’un étudiant en droit sans le sou. Pour lui elle s’invente une vie de riche héritière. Violette est ambitieuse, manipulatrice, sans scrupules et elle veut garder son homme. Alors elle va aller loin, très loin jusqu’à commettre l’irréparable…
Une histoire judiciaire qui défraya la chronique dans les années trente. À cette époque, l’affaire Violette Nozière, surnommée l’ange noir, déchaîna véritablement les passions en France.
Camille Benyamina et Eddy Simon signent ici une superbe adaptation d’une histoire passionnante ! Quel saisissant portrait de femme…! Le portrait fascinant d’une enfant qui voulait grandir vite, bien trop vite. Coupable ou victime ?
Les dessins sont de toutes beautés. Une très belle surprise.
Cette BD est complétée d’un dossier de huit pages reprenant des documents historiques et illustré de photos d’archives.
A noter que Violette Nozière est aussi un film de Claude Chabrol.

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

Violette Nozière, vilaine chérie
de Eddy Simon et Camille Benyamina - Casterman.
Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Deadline de Laurent-Frédéric Bollée et Christian Rossi Version imprimable

Note : 3/5 (7 notes)

Mots-clés :

Deadline, c’est une ligne de démarcation que les soldats coincés dans des prisons à ciel ouvert ne peuvent pas franchir sans être abattus.
1901, État du Tennessee. Un homme sans identité, d’apparence plutôt normale, tue de sang-froid John C. Lester, un des fondateurs du Ku Klux Klan. Il savait qu’après ce meurtre, « Il était arrivé au bout de son parcours. » Pourquoi ce meurtre? Surtout pourquoi tuer un vieillard ? Un meurtre gratuit ? Une vengeance ? Flash-back, en 1864, camp d'Andersonville, en Géorgie. Enrôlé de force, dans l’armée confédérée en pleine guerre de Sécession, Louis Paugham est un soldat chargé de surveiller les prisonniers. Il est troublé et fasciné d’une manière singulière par un prisonnier noir... Il ne connaîtra ni son nom ni sa voix : le prisonnier est lynché à mort par deux des six fondateurs du Ku Klux Klan
Je n’aime pas les histoires de western en BD, je ne sais pas à quoi cela est dû mais celle-ci je l’ai trouvé magnifique tant par l’histoire qui parle de la vie, de l’amour, de la justice, de la guerre et de la mort que par le dessin magnifique de précision. J’ai trouvé ce récit déroutant, prenant et visuellement beau.

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

Deadline de Laurent-Frédéric Bollée et Christian Rossi - Glénat. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Autobiographie d’une fille gaga de Diglee Version imprimable

Note : 3.3/5 (3 notes)

Mots-clés :

"Born this way..."

"Je m’appelle Diglee, j’ai 22 ans, une sœur dingo et géniale, un homme roux, une Best Friend Forever qui me supporte depuis 10 ans, une mère super canon, et trop de cellulite pour mon IMC, malgré mes chorées endiablées sur Lady Gaga. Et comme ma vie intéresse tout le monde, hein, baah… J’en ai fait un blog. Et puis de ce blog, j’en ai fait un livre. Voilà."

J’ai adoré ! Cette fille est vraiment excellente. Beaucoup d’autodérision, de beaux dessins, de la tendresse et de l’amour… j’adhère complétement. Que dire de plus… une bonne bd pour l’été en écoutant à fond « Bad romance » de Lady Gaga ou tout autre chanson de la chanteuse !

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Autobiographie d’une fille gaga de Diglee - Marabout. Le Réserver ?
D'autres conseils de lectures sur notre portail

Le Dahlia noir de Miles Hyman, Matz et David Fincher Version imprimable

Note : 4.7/5 (3 notes)

Mots-clés :

Janvier 1947, le corps nu et mutilé d’une très jeune femme vient d’être découvert dans un terrain vague de Los Angeles. Il sagit de Betty short, qui rêvait de faire carrière à Hollywood est surnommée le Dahlia noir. Deux anciens boxeurs devenus flics à la crime. Dwight Bleichert dit « Bucky », et Leland Blanchard surnommé « Lee », amoureux de la même femme, tentent de retrouver l’assassin. Cette affaire va à la fois les rapprocher et bouleverser leurs existences. Le lumineux dessin de Miles Hyman restitue superbement l’ambiance glauque et violente du Los Angeles d’après-guerre et l’univers d’Ellroy. Le scénario de Matz et David Fincher ( Seven, The social network, Millenium) colle au plus près du original.
A mon avis, le Dahlia noir est le meilleur et le plus beau de James Ellroy et je trouve cette adaptation en BD parfaitement réussi. Ellroy adapté en BD c’est aussi l’occasion pour ceux qui ne connaissent pas l’œuvre de cet écrivain de découvrir son univers.

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

Le Dahlia noir de Miles Hyman, Matz et David Fincher - Casterman noir. Le Réserver ?
Le Dahlia noir de James Ellroy. Le Réserver ?
L'affaire du Dahlia noir de Steve Hodel. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Bande annonce du film

Chroniques de la vigne, conversations avec mon grand-père de Fred Bernard Version imprimable

Note : 4.5/5 (2 notes)

Mots-clés :

Fred Bernard est né en Bourgogne. Issu d’une famille de vignerons, il a grandi entourer de vignes et de grands vins, mais aussi avec les histoires de son grand-père maternel. Il livre dans cette bd une série d’histoires courtes savoureuses qui se révèlent être une ode au nectar de la vigne.

Au départ, je ne pensais pas accroché à cette histoire de vin. Mais, Fred Bernard a l’art et la manière de raconter des histoires. Avec humour et délicatesse, il cisèle les souvenirs de son grand-père.  J’ai d’ailleurs adoré le duo qu’il forme avec son grand-père, un homme extraordinaire pour qui tout est prétexte à ouvrir une bonne bouteille. Ces chroniques sont passionnantes. Qu’on soit amateur ou pas (ce qui est mon cas) de vins, on y apprend plein de choses. Passionnant.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Chroniques de la vigne,conversations avec mon grand-père
de Fred BernardGlénat. Le Réserver ?


D'autres conseils de lectures sur notre portail