La dernière rose de l'été de Lucas Harari Version imprimable

Note : 3/5 (2 notes)

Mots-clés :

Le grand format, l'atmosphère qui fait penser à un film d'Hitchcok, les couleurs, le découpage des cases, la typographie... tout est fait pour donner une aura particulière à cette BD.
D'un côté on a Léo, timide, rêveur, voulant devenir écrivain. De l'autre Rose, énigmatique, attirante et dangereuse. La rencontre de ces ceux-là ne devrait même pas être imaginée et pourtant... les voilà voisins durant un bel été. Aura-t-on droit à un joli happy end, comme dans une romance à deux sous ? Ou le pire est-il possible ?

J'avoue que l'atmosphère de cette BD m'a complément subjuguée. Comme dans un "page turner" j'ai voulu savoir ce qu'il allait se passer. Échafaudant des hypothèses, me laissant prendre au jeu, à l'anxiété créer par les événements, les disparitions, les dérives de Léo... pour au final voir l'histoire se finir avec un dénouement que je n'avais pas anticipé. Tout cela est très cinématographique et prenant.
Surprenant !

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir
 
La dernière rose de l'été de Lucas Harari - Sarbacane. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Oleg de Frederik Peeters Version imprimable

Note : 3/5 (5 notes)

Mots-clés :

J'ai retrouvé l'émotion ressentie avec "Les pilules bleues" il y a déjà 20 ans.
Les tâtonnements, les ébauches d'histoires, les questionnements de l'auteur... c'était très intéressant de voir le processus de création. Saupoudré de tranches de vies douces, drôles, amères ou tristes... le tout donne un récit fort, qui ne m'a pas laissé indifférente.
Du grand Peeters. 

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Oleg de Frederik Peeters - Astrabile. Le Réserver ?

Les pilules bleues. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Yellow cab de Christophe Chabouté & Benoît Cohen Version imprimable

Note : 3.2/5 (8 notes)

Mots-clés :

Je suis une grande fan de Christophe Chabouté mais là j'ai un avis mitigé sur cette BD.
En fait, je trouve l'idée de départ un peu artificielle. Du coup, je n'ai pas été du tout touchée par ses pérégrinations au sein de l'administration américaine, ni part sa recherche pour son personnage.
Par contre, NY, les autres chauffeurs, la galerie de clients...
ça c'est intéressant. J'en aurais voulu plus.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Yellow cab de Chabouté - Vents d'Ouest. Le Réserver ?

Lire un extrait

Baume du tigre de Lucie Quéméner Version imprimable

Note : 3.3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Lassées des contraintes imposées par leur grand-père, qui règne en bon patriarche sur trois générations de femmes, trois soeurs décident de s'enfuir de la maison familiale.
Il faut savoir qu'Ald, le grand-père, règne en maitre sur les femmes de sa famille : pas de sorties, pas de vêtements trop courts, pas d'avenir professionnel autre que de prendre la suite dans le restaurant familial. Si sa femme, sa fille, sa belle-fille obéissent aux règles imposées, Edda veut devenir médecin et n'accepte pas que son grand-père refuse de la laisser aller étudier sous le prétexte que c'est une fille et que ce n'est pas son rôle. C'est la goutte d'eau de trop et Edda et ses soeurs commencent une grêve illimitée.

Ce graphique raconte l'histoire d'une émancipation mais c'est aussi celle d'une reconstruction, dans un autre pays. Car Ald, le grand-père, a quitté la Chine 45 ans plus tôt, pour avoir une avenir, pour construire une famille. Autant sa femme, Chinoise elle aussi, a acceptée sans trop de problèmes de se plier aux exigences de son mari, autant sa fille et plus tard ses petites-filles se sont révoltées contre le poids des interdits fixés par Ald.
Sans rejeter pour autant leur culture ou se couper de leurs racines, Edda et ses soeurs veulent avoir les mêmes chances que les autres. Elles sont nées en France et aspirent à la même liberté, aux mêmes choix professionnels.

J'ai beaucoup aimé le message de cette BD mais attention, la lecture n'est pas toujours facile car on change régulièrement d'époque et il n'est pas toujours aisé de s'y retrouver. Je trouve que ça nuit un peu à la fluidité du récit d'autant que les personnages se resssemblent beaucoup et qu'on peut facilement se tromper d'époque. Mis à part ça, je recommande la lecture de ce très beau graphique.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Lire un extrait

Baume du tigre de Lucie Quéméner - Delcourt. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

L'homme bouc d'Eric Corbeyran et Aurélien Morinière Version imprimable

Note : 3/5 (4 notes)

Mots-clés :

Dès le départ, grâce notamment au magnifique dessin d'Aurélien Morinière, le est plongé dans une histoire à la fois fantastique et policière. Le noir et blanc légérement grisé donne aux cases une atmosphère particulière, proche d'un rendu photographique par moment. Quant au scénario il frise le glauque sans pour autant y sombrer. On a là une histoire noire qui met en évidence une certaine catégorie de personnes qui n'hésitent pas à détruire et à s'octroyer ce qu'ils veulent sans tenir compte des autres. Je devrais même dire des femmes car leurs victimes à ces monstres sont des femmes bien évidemment. Donc nous n'abordons pas l'humanité dans ce qu'elle a de meilleur. Mais, c'est un fait cela existe et il faut le savoir. L' est bien trop souvent là pour nous le rappeler.
Du coup, je ne peux que vous inviter à lire ce graphique, d'une très belle facture,  qui m'a profondémment touché parce que sujet abordé est très bien traité. Pas de jugement de valeur à proprement parler, juste un constat sur certaines horreurs qui sont perpétrées un peu partout, mais présentement dans un coin du Limousin, ce qui finalement démontre bien que ça peut se produire partout. Edifiant et tragiquement magnifique.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

L'homme bouc d' Eric Corbeyran et Aurélien Morinière - Robinson. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Les ogres dieux T4 : Première née d'Hubert & Gatignol Version imprimable

Note : 2.2/5 (4 notes)

Mots-clés :

Ce quatrième tome de la série "Les ogres dieux" devrait aussi être le dernier car Hubert, le scénariste et instigateur de cette histoire, est mort en février 2020. De toute façon, le tome se termine avec l'histoire d'Emione, la mère de Petit, héros du premier tome de la série. La boucle est bouclée donc.
Je dois avouer que chaque tome a sû me surprendre et me passionner et celui-là ne fait pas exception à la règle. Toujours autant de cruauté, d'horreurs, de violence... mais en même temps il y a des personnages tellement époustouflant à chaque fois ! Ici, Première née, qui outre le fait d'être une fille est une fille instruite, qui sait lire et qui donc prend rapidement conscience que son père n'est qu'une brute ignoble, que ses frères sont des êtres abjects et que la condition des femmes au sein de cette famille est horrible. Inceste, maltraitance, viol, meurtre et j'en passe. On est loin des contes de fées !!! 
Côté dessin, c'est toujours du noir et blanc et donc absolument magnifique. Avec des gros plans,une mise ne page dynamique. Bref, c'est une réussite et c'est avec un gros pincement au coeur que j'ai refermé ce dernier tome. Merci aux auteurs et notamment à Hubert, d'avoir fait une oeuvre aussi forte et magnifique.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Les ogres dieux T4 : Première née d'Hubert & Gatignol - Soleil (Métamorphoses). Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Billy noisettes de Tony Millionaire Version imprimable

Note : 3.3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Billy Noisettes est un monstre crée par des souris à partir de détritus, pour se battre contre une fermière. Une sorte de Frankensein ou de Golem en quelque sorte.
Le récit est sombre, tout en noir et blanc et saupoudré d'humour. Pourtant, je suis sortie de cette lecture abasourdie et convaincue d'être passée à côté des références littéraires et de cette BD.
C'est en particulier un hommage à Hermann Melville et Gustave Doré mais là aussi je suis passée à côté, je l'avoue humblement.
Côté graphisme par contre j'ai bien aimé.

Du coup, je vous invite à vous faire votre propre avis... car Tony Millionnaire (Scott Richardson de son vrai nom) est un cartooniste américain reconnu, plusieurs fois récompensé, qu'on se doit de découvrir.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Billy noisettes de Tony Millionaire - Hubert Editions. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

Les frères Rubinstein T2 : Le coiffeur de Sobibor de Brunschwig Version imprimable

Note : 3/5 (3 notes)

Mots-clés :

Ce deuxième tome est à la hauteur du premier. Mais j'avoue que par moment j'ai eu du mal à me repérer dans les dfifférentes étapes de la vie des deux frères.
Un récit fort, poignant, dur et réaliste qui nous replonge dans une époque particulière et lie la petite histoire de Moïse et Salomon, à la terrible grande histoire.
Le dessin et le scénario sont bons et correspondent bien à l'époque évoquée.
J'en redemande encore car j'ai hâte de savoir quelle sera la suite des aventures de ces deux frères très attachants.

  - Bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Les frères Rubinstein T2 : Le coiffeur de Sobibor de Brunschwig - Delcourt. Le Réserver ?
T1. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail