Mots-clés :

À Téhéran, une femme accouche d’une fille, aidée par un couple de voisins. Son mari veut tuer l’enfant, car ce n’est pas un garçon. Cette femme se lève et part dans la nuit afin d’abandonner son enfant dans une ruelle. Un homme revient de son travail et entend un bruit particulier. Il découvre cette petite fille, chasse les chiens qui sont sur le point de mordre l’enfant et l’adopte comme si c’était le sien. Il lui donne le prénom d’Aria. Elle grandit auprès de cet homme aimant et d’une belle-mère acariâtre qui additionne les mauvais traitements. Nous évoluons avec Aria au rythme des sévices reçus de sa belle-mère, des voisins, des soins de son père qui n’est présent que quelques jours par semaine, de l’évolution politique et religieuse de son pays. Les personnages qui entourent cette enfant sont colorés et distincts par leur passé et par leur présence. Nous sommes interpellés par les descriptions de cette ville divisée par la pauvreté et la richesse, l’influence des décisions prises par le shah, puis par les mouvances religieuses.
Lire Aria, c’est comme si nous étions sur un bateau qui dérive lentement et sûrement vers un but précis. Nous pouvons découvrir chaque page comme un aspect nouveau du paysage qui s’offre à nous. Une lecture captivante, malgré des situations difficiles pour les protagonistes.

 Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques de ValenceRomansAgglo.

Aria de Nazanine Hozar - Stock. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

1 notes :

  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !