Mots-clés :

Impossible de rester insensible à la voix magnifique d’Emily Jane White. Une voix à la fois douce et puissante, mise en valeur par des arrangements sobres. Pour son sixième , l’artiste aborde principalement la destruction de la nature par l’homme… Ses mélodies folk sont d’une efficacité redoutable : qu’il s’agisse de la douce mélodie au piano sur « Dew », ou encore des cordes sur « Washed away ». Le calme général du disque est parfois bousculé par de très beaux morceaux, plus épiques tels que « Drowed » ou encore le dernier et sublime titre « The gates at the end », qui conclut parfaitement l’ avec son ambiance à la fois grave et d’une remarquable délicatesse. Emily Jane White nous ensorcelle, et on en redemande !

- discothécaire à la médiathèque Simone de Beauvoir 

Vous trouverez ce CD à l'espace musique dans les Médiathèques ValenceRomans.
Le Réserver ?

4 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !