Mots-clés :

Née en Algérie en 1964, formée à l'École du Centre dramatique national de Saint-Etienne, Samira Sedira était comédienne. Elle jouait sur les scènes des plus grands théâtres français, enchaînait les contrats. Puis du jour au lendemain, plus rien, elle se retrouve au chômage. La quarantaine venue, en fin de droit, elle est réduite à faire des ménages.
L'Odeur des planches raconte cette nouvelle vie, ce passage de l'ombre à la lumière. Samira Sedira parle de son travail de femme de ménage, boulot très dur,éprouvant et humiliant. Elle écrit aussi sur son métier d'actrice et exprime sa douleur de ne plus pouvoir l'exercer. Et dans un récit parallèle, elle revient sur l'histoire des siens, de son enfance. Avec cet emploi de femme de ménage, les souvenirs reviennent, surtout ceux liées à sa mère : le douloureux exil de cette mère, sa solitude.
J'ai été touché par ce récit sincère et direct. Samira Sedira livre un témoignage sans pathos tout en sensibilité tant dans l'émotion qu'il suscite que dans la multitude des thèmes abordés (l'exil, le travail, les enfants d'immigrés, la réussite, le chômage, l'estime de soi, le monde du théâtre...). Un texte émouvant à découvrir, qui a été mis en scène pour une lecture théâtralisée avec la comédienne Sandrine Bonnaire.

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

L'Odeur des planches
de Samira Sedira - Rouergue. Le Réserver ?

11 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !