Mots-clés :

Difficile de qualifier de beau et d’émouvant un livre qui parle de la prostitution volontaire de l’auteure dans une – en réalité deux – maison(s) close(s) de Berlin où cette activité reste légale.
Et pourtant… avec beauté et émotion, c’est bien ainsi que se lit La Maison d’Emma Becker, écrit délicatement, sans fausse pudeur, soyons francs, mais exempt de vulgarité. Découvrant de l’intérieur ce milieu particulier de la prostitution en maison close, l’auteure nous ouvre surtout les portes de sa « Maison », ce « bordel » familier et aimé au sein duquel elle a travaillé pendant deux ans et qui figure comme un lieu à part, aujourd’hui disparu. Car la Maison respecte les femmes et leur liberté dans un métier où le commerce des corps relève essentiellement de l’exploitation et de l’humiliation. Par son écriture remarquable et délicate, Emma Becker se raconte, et raconte aussi avec beaucoup d’amour et d’empathie tant ses acolytes féminines que les hommes, ses clients plus touchants qu’ils n’y paraissent souvent…
Au final, un petit bijou sur un sujet couvert d’épines.

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques de ValenceRomansAgglo.

La maison d'Emma Becker - Flammarion. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

2 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !