Mots-clés :

La politique ? A la mode aujourd’hui ! Dans les médiathèques, aussi, on parle de politique Mais attention, notre politique à nous, concerne les acquisitions, c ‘est à dire, les achats de documents. On définit ainsi une politique d’acquisitions, c’est à dire :
-on se documente sur l’édition
-on réfléchit aux publics qui fréquentent ou non la médiathèque
-on associe des partenaires ou des experts pour les ouvrages spécialisés
-on fait des choix réfléchis car les budgets ne sont pas extensibles
-on vise l’encyclopédisme -on pense déherbage
-on évalue les collections à partir des statistiques des prêts.

Pour ne rien vous cacher, comme la politique, c’est un sujet pour lequel les discussions vont bon train, quelques fois on s’emballe, on s’emporte, on est loin de tomber toujours d’accord.

Faut-il acheter plusieurs exemplaires d’un même livre (victime de son succès, gloire éphémère), faut-il acheter les séries que l’on trouve en grandes surfaces (connues de tous oui mais nous on doit faire découvrir), faut-il acheter tous les prix littéraires, faut-il acheter des livres d’amour (oui mais bon, c’est pas avec ça qu’on contribue à la formation du citoyen), faut-il lire tout cer qu’on achète, faut-il acheter ce que les usagers nous demandent ???????????????????????????

Et les réponses, on les trouve dans la Charte des Collections, c’est à dire un document écrit qui permet de répondre aux questions, de les éviter puisqu’il fixe les règles d’acquisitions.
Et le tour est joué.

Cette année, enfin au cours de l ‘année 2007, on a désherbé les romans pour les enfants et acheté de nouvelles collections, collections que les enfants nous ont demandées , qu’on achetait pas car on les trouvait trop cucul, tournées autour d’un même héros pas génial, présentes dans toutes les grandes surfaces, tape à l’oeil, d’auteurs inconnus (voir pas de vrais auteurs), des histoires sans intérêt pour nous quoi !

Et les statistiques de prêts ont parlé : en 2007, le prêt de romans jeunesse a augmenté de 50% !!!! Alors, on s’est dit que notre choix était le bon, que les livres qu’on avait achetés sortaient, étaient empruntés par nos petits lecteurs ravis de trouver à la médiathèque des séries qu’ils connaissent, qui font partie de leur univers, qui montrent qu’ils ont leur place à la médiathèque, qu ‘elles est faite pour eux.

Odile

6 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Partagez ce billet !