Mots-clés : ,

D’un coté les vallées sauvages et brumeuses des montagnes du Vermont qui subissent des inondations catastrophiques et meurtrières. Le silence s’ajoute au silence. De l’autre l'écho des hurlements d'étranges êtres qui semblent habiter les forêts et dont les témoignages se font de plus en plus nombreux. A l’hostilité de cette nature s’ajoute l’épouvante de ces créatures irréelles. L’histoire commence à faire grand bruit.

Albert Wilmarth est professeur de littérature à l’Université d’Arkaham et se passionne pour le folklore de la Nouvelle Angleterre. C’est un homme pragmatique qui aime démonter les croyances ancestrales paysannes par des démonstration logique et scientifique. Il ne fait aucun doute que ces monstres du Vermont ne sont que l’expression des perceptions déformées des habitants meurtris par les inondations. Jusqu’à ce qu’il reçoive la lettre d’un certain Henry Akeley qui vit en ermite dans ces montagnes. Dans cette lettre le vieux Akeley affirme qu’il peut apporter les preuves de l’existence de ces créatures. Il les a enregistrées sur un phonographe et a photographié leurs empreintes. On est en 1927, cette modernité scientifique rend la nouvelle de Lovercraft fascinante. Commence une longue correspondance entre les deux hommes. Les certitudes de Wilmarth s’ébranlent. Le ton de Akeley change au fil des lettres, comme si une métamorphose s’opérait sur sa personnalité. L’universitaire se décide de rejoindre la maison isolée du vieil homme. Un long chemin vers l’épouvante. Une lecture qui n’est plus qu’un murmure dans les ténèbres.

Lionel - Bibliothécaire


Lire ce livre numérique ?   

Accès réservé aux abonnés après vous être inscrit ici.
D'autres conseils de lectures sur notre portail

11 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !