Mots-clés :

Les règles du jeu du Roi : 1 - Toute la classe est obligée de participer ; 2 - Les ordres du Roi doivent être exécutés sous 24 h ; 3 - Ceux qui n'obéiront pas aux consignes auront un gage ;  4 - Il est absolument impossible de quitter le jeu en pleine partie

Toute une classe reçoit de mystérieux sms qui les mettent au défi d'effectuer les ordres donnés par le Roi au risque d'être punis. C'est la mort qui les attend en terme de punition. Nobuaki, notre héros,  croit au départ que c'est un spam et nombreux sont  ceux qui pensent avoir affaire un petit plaisantin... mais lorsque leurs camarades mis au défi commencent à mourir parce qu'ils n'ont pas obéis au Roi, l'angoisse commence à étreindre les élèves survivants.
Nobuaki et d'autres commencent sérieusement à se poser des questions : Qui est le Roi ?  Pourquoi les fait-il jouer à ce jeu mortel ? Fait-il partie de la classe ? Vengeance ou jeu malsain ?

J'ai bien aimé cette histoire qui surfe sur la vague du thriller machiavélique. Il y a aussi toute une galerie de personnages très intéressante. Nobuaki est une sorte de maillon fort, il veut sauver ses camarades et fait le maximum pour tenter de découvrir qui se cache derrière ces sms mortels. Seulement deux tomes sont parus, la série en compte 5 en tout. Cela veut dire que sur les 28 élèves restant sur les 32 à la base, il va encore y avoir des morts... Je languie de connaître le fin mot de cette histoire qui démontre qu'être lycéens, notamment dans les mangas actuels, ce n'est pas une sinécure !

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

King's game de Nobuaki Kanazawa & Hitori Renda - Ki-oon. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

 

King's Game : la bande-annonce ! par Ki-oon

168 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !