Mots-clés :

Grégor se réveille, transformé en cafard. A partir de cette nouvelle de Kafka, Michaël Levinas imagine cet opéra, précédé d'un prologue proche du cantique de Valère Novarina. L'ensemble Ictus rend palpable le fantastique, enrichi de l'électronique foisonnante de Benoît Meudic. Le compositeur s'autorise ici « des hybridations entre trois mondes sonores : vocal, instrumental, animal.», pour une mise à mort proche du sacré. Un univers fascinant.

 

, discothécaire à la médiathèque Simone-de-Beauvoir

 

 

3 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !