Mots-clés :

L'amoureux des mots, le poète, musicien, compositeur... Leonard Cohen est mort, laissant derrière lui une oeuvre poétique et musicale immense. Icône de la période folk des années 60 aux côtés de Joan Baez ou Bob Dylan, il a marqué l'histoire du rock... Tout en douceur et avec beaucoup d'élégance il a prouvé tout au long de ses 50 années de carrière et ses 14 albums qu'il était avant tout un auteur-compositeur de talent. Passionné dès son plus jeune âge par la littérature et la poésie, il nous a offert des textes inoubliables, qui ont influencé toute une génération de musiciens.
Certains de ses titres sont devenus des "classiques" tel "Suzanne" (extrait de l' Songs of Leonard Cohen). C'est d'ailleurs ce titre écrit pour Judy Collins qui lui permettra de se faire un nom sur la scène new-yorkaise. On peut aussi évoquer "So long Marianne" (extrait du même Songs of Leonard Cohen), morceau composé pour Marianne Ihlen, sa muse, l'une des femmes de sa vie, dont la disparition en juillet dernier l'avait profondément attristé... Deux autres titres extraits de son "Various positions" sont devenus cultes tel "Dance me to the end of love", dont le duo The Civil Wars a proposé une reprise magnifique dans l' "Barton hollow".
On ne peut oublier également qu'il est l'auteur du titre "Hallelujah", chanson reprise plus de 180 fois (selon les Inrocks). Un titre qui deviendra sa chanson la plus universelle et dont certains artistes offriront de très belles reprises : citons celle, inoubliable de Jeff Buckley en 1994, celle de Rufus Wainwright en 2009 ou celle, plus récente, de John Cale en 2016. Evoquons également le titre "Nevermind" (extrait de son 13e "Popular problems") rendu populaire parce qu'il est le générique de la 2e saison de l'excellente série "True Detective". Cette sélection purement subjective est loin d'être exhaustive et on pourrait citer bien evidemment d'autres titres marquants.
Sorti en octobre dernier, son quatorzième "You want it darker" offre des morceaux d'une grande beauté magnifiés par la voix toujours aussi grave et sensuelle du chanteur octogénaire. Il y a dans ce recueil de chansons une dimension funèbre indéniable qui sonne du coup comme une oeuvre-testament. 
Lui qui écrivait quelques mois auparavant à sa muse disparue "Eh bien Marianne, voici le temps où nous sommes vraiment si vieux que nos corps partent en morceaux, et je crois que je vais te suivre très bientôt. Sache que je suis si près derrière toi qu'en tendant ta main, tu peux toucher la mienne..."
Le poète a finalement rejoint sa muse et nous lui souhaitons un bon et doux voyage...

  - discothécaire à la médiathèque Simone-de-Beauvoir 

A découvrir, écouter, réécouter tout simplement. Une sélection à découvrir ici 


15 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !