Mots-clés :

Bien calé dans mon canapé bleu, je prends la première BD à la portée du moindre effort. La couverture fraîche et lumineuse m'avait attiré l'après-midi même à la librairie. Et puis Zidrou, sa sensibilité, tout ça... D'abord je souris un peu, et puis au fil des pages je me marre franchement  en sentant qu'un truc monte en moi, le genre de vent fou qui grimpe jusqu'à la gorge.  Zidrou et Jordi Lafebre sont parvenus à nous mettre dans la confidence et l'intimité de la famille Faldérault sans mièvreries ni lourdeurs, en nous rapprochant ainsi de nos souvenirs et de notre quotidien. Ils démontrent peu à peu que c'est précisément cette douceur, par la justesse des attitudes, qui constitue toute la force de la fragilité. Tout ceci est un tel concentré de vie et de souvenirs que, bientôt, une foule de choses résonnent en moi... je pleure de joie. Cette BD n'en est pas une, elle est bien plus que ça. Un bien nécessaire qui s'apparente au chef-d'oeuvre.

Olivier - libraire à la Librairie des Cordeliers

Les beaux étés T1 de Zidrou et Jordi Lafebre - Dargaud. Le Réserver ?*

D'autres conseils de lectures sur notre portail

12 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !