Mots-clés :

Une journée passée en la compagnie de Pascal Garnier : la jeunesse était là, les adultes pas

10H : rendez-vous au Lycée Triboulet avec une classe de seconde, un peu intimidée, curieuse de découvrir cet auteur. Pourquoi vous avez décidé d'écrire des livres ? "J'ai commencé à écrire à une période de ma vie où je trouvais le temps long, je m'ennuyais. Mon premier manuscrit envoyé chez Gallimard m'a été retourné avec cette appréciation : vous écrivez pour ceux qui ne savent pas lire ; aujourd'hui, à la Fac,  on étudie mon écriture !!!!! j'aime cette idée de faire partie de la chaîne du livre" Ou allez vous chercher vos titres ? "C''est toujours difficile de trouver un titre ; un matin je faisais la vaisselle en écoutant Depardon à la radio ; il parlait de l'Afrique et de la façon dont les gens s'intermpellent quand ils se rencontrent : Comment va la douleur, dit-on en Afrique ;  chez nous c'est c'est comment ça va, et on répond presque toujours, bien."

12H : pause repas bien sûr, en compagnie de bibliothécaires, d'enseignants, un temps convivial, occasion de parler de la vie, du monde, de tout et de rien.

14H : rencontre à la médiathèque de la Monnaie d'une classe de 4ème du Collège Malraux : une classe pleine de vie, passionnée par les livres de Pascal Garnier, des jeunes pas toujours très amis avec la lecture mais qui ont trouvé un allié véritable auprès de cet auteur. Pourquoi vous parlez toujours des gens un peu spéciaux, en marge? "la vie lisse des gens ne m'intéresse pas : que faire d'un personnage beau, riche, intelligent, sans souci...., il ne luis arrive rien, on s'ennuie avec lui ; j'aime les gens cabossées qui ont des choses à dire. J'aime ce qui fait avancer et grandir : les efforts, les répétitions, les épreuves, comme l'image du sportif qui se bat, s'entraine, pendant des années pour une épreuve de quelques secondes ".

18H : café littéraire à la médiathèque Simone de Beauvoir : encore des jeunes présents surper motivés : ils rencontreront Pascal en novembre dans le cadre du salon du livre, Romans à Romans, peu d'adultes présents !!!
Pourquoi si peu de monde, on tourne dans tous les sens cette question, pas assez de communication, pas d'envie de rencontrer un auteur, de lui poser des questions quand on est adulte, autre chose à faire ce jour-là. Merci et bravo les jeunes, pas de souci pour notre avenir.

En fait, pour nous en tout cas, impossible de créer un évènement autour de cette manifestation. Comment dire à tous ceux qui ne sont pas venus qu'ils ont raté un grand moment, des échanges passionnants sur la vie, comment on s'en débrouille,  des réflexions sur l'écriture et la lecture, tellement indissociables. Trouver un autre lieu, un café par exemple, comme à Montélimar, please, comment vous faites là-bas, on va enquêter....
ou alors trouver un auteur qui en plus d 'écrire, anime des ateliers, fasse un spectacle, chante...pour être plus festif et plus accrocheur ; ça doit bien exister !!!!
Maintenant, les questions, on ne les pose plus à Pascal Garnier, mais à nous, et aussi à vous pourquoi pas ; des idées, des noms, des pistes, des suggestions, on prend tout pour revoir notre copie, améliorer les propositions d'animation pour tous.

Après une journée comme celle-là, on repart gonflé à bloc pour recommencer, pour chercher à faire autrement, mieux, pour favoriser ces rencontres, pour continuer notre travail de médiation entre les textes et les lecteurs, il y a tant à découvrir et à apprendre !

Odile


6 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Partagez ce billet !