Mots-clés :

Considéré comme le premier féministe de la littérature afro-américaine, Une femme noire, publié en 1937, met en scène les pérégrinations de Janie Crawford. Sa grand-mère, ancienne esclave lui imposera un mariage de raison avec un homme plus âgé pour lui assurer une sécurité financière et un rang dans la société. Mais les aspirations de liberté et de bonheur de Janie vont l'amener à conquérir son indépendance et à rencontrer l'amour, le grand, celui pour lequel on est prêt à tout...
J'ai beaucoup aimé cette histoire dépaysante même si la langue parfois presque dialectique des dialogues rend la lecture du texte moins fluide quoique plus truculente. Ce a, de plus, un message fort et engagé puisqu'il dénonce l'aliénation des noirs par les blancs et l'asservissement des femmes noires par les hommes de même couleur :
" l’homme blanc jette le fardeau et y dit au nèg’ de lramasser. Le nèg’, y lramasse pasqu’y faut bien, mais y lporte pas. Y lrefile à ses femmes. Les négresses, c’est les mules du monde aussi loin quje vois.."
J'ai vraiment fait une belle découverte à travers ce livre car Zora Neale Hurston m'était totalement inconnue. Première femme noire anthropologue, elle est le précurseur d'auteures afro-américaines telles que Toni Morisson ou Alice Walker qui lui reconnaissent une influence majeure sur leurs oeuvres.
Oprah Winfrey qui a produit en 2005 une adaptation télévisée du dit qu'Une femme noire est son histoire d'amour préférée de tous les temps.

-bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir


12 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Médiathèque Monnaie :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !