Mots-clés :

« Tant que nous aurons à notre disposition les mots, nous pourrons rejoindre autrui au sein d'une chaîne de voix qui ne seront jamais bâillonnées. C'est notre unique, notre modeste, notre durable garantie en ce monde et contre ce monde. Tant que cela restera possible, je parlerai, je ne pourrai pas, je ne voudrai pas me taire ».
La voix de l’écrivain André Brink s’est éteinte ce vendredi 6 février à l'âge de 79 ans. Auteur notamment d'“Une saison blanche et sèche” (1980), ses livres étaient hantés par des fantômes qui ne cessaient de dénoncer l'apartheid. Il était l’une des voix majeures de l’Afrique du Sud Littéraire et politique de ces trente dernières années. Son œuvre très importante accompagne depuis toujours son engagement politique et reflète son propre questionnement identitaire face à l'histoire de son pays abîmé par la violence.

André Brink est l’une des plus célèbres plumes sud-africaines. Lors de la parution d’Une saison blanche et sèche, le a été interdit de publication en Afrique du Sud. Dans le même temps, il recevait le Prix Médicis étranger en France … Une belle écriture, une trame simple mais … politiquement et socialement condamnable dans l’Afrique du Sud de l’apartheid.

Un instant dans le vent,
Rumeurs de pluie, Un turbulent silence, Une saison Blanche et sèche, Un acte de terreur, Etats d'urgence , Un instant dans le vent figurent parmi mes livres préférés de cet auteur et certains ont été des chocs de lecture.

Retrouver les livres d'André Brink
ici

- bibliothécaire à la Médiathèque  Monnaie 

9 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Médiathèque Monnaie :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !