Mots-clés :

Le 24 mars 1941 à Marseille embarquent sur le Capitaine Paul Lemerle ceux qui ont eu la chance d’avoir un visa pour quitter la France destination New-York. Parmi eux des juifs d’Europe de l’est et de France, des familles espagnoles qui fuient la guerre civile, des communistes et des intellectuels. La France leur a accordé le visa, trop heureuse de se débarrasser de cette engeance. Bon vent à eux et qu’ils aillent diffuser leurs idées malsaines aux Etats-Unis. Le capitaine Paul Lemerle ne ressemble pas au paquebot de croisière, d’ailleurs à bien le regarder on se demande s’il pourra aller jusqu’à sa première escale, la Martinique. Vieux rafiot rafistolé qui a échappé à la bataille de Mers el-kebir. Plus de 200 personnes vont s’entasser sur le bateau et s’installer tant bien que mal dans les cales, le pont et reproduire un semblant de société civile. Les communautés restent entre elles,
les intellectuels aussi. C’est à bord de la traversée que Claude Levy-Strauss va croiser le chemin d’André Breton, une amitié naitra qui donnera lieu à de nombreux échanges. Lorsque les terres martiniquaises sont en vue, au bout d’un long mois, chacun croit au miracle. Mais la Martinique n’est pas New-York, la liberté se mérite quel que soit le nom. J’ai aimé croiser au fil des pages des illustres écrivains reconnus, méprisés ou en devenir. Comprendre comment ils se sont construits, comment l’Histoire a bousculé leur vie. Ce construit à partir des témoignages des auteurs eux-mêmes, des leurs œuvres, de photographies, est riche.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir 

Capitaine d'Adrien Bosc - Stock. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

4 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !