Mots-clés :


Il y a un tout juste un siècle le Titanic percutait un iceberg et coulait dans les abysses de la mer, causant la mort de mille cinq cent personnes.
Pendant longtemps on a cru que l'iceberg avait provoqué une  brèche tout le long de la coque du bateau, en entrainant son naufrage d'un seul bloc. Depuis, des études ont été menées et on a découvert que l'iceberg aurait percuté les rivets qui fixaient la coque au reste du bateau. Récupérés au fond de la mer, les rivets ont été analysés et il paraît qu'ils étaient de mauvaise qualité. En effet, en 1910, pour faire face à une pénurie de matériel, les constructeurs ont utilisé du fer de moindre qualité. L'iceberg aurait donc percuté le bateau sans le fendre,  en brisant les rivets et en démantelant plusieurs plaques d'acier. On a découvert aussi que toutes les cloisons n'étaient pas étanches. L'eau s'est infiltrée rapidement, le bateau s'est fendu en deux au niveau de la quille et il a coulé. Des croquis qui ont été fait tout de suite après le naufrage par un rescapé du Titanic, appuient cette thèse. L'enquête sur le Titanic se conclut ainsi. La carcasse du monstre repose à 3800 mètres de fond et il est en train de disparaître rongé par les courants marins, dévoré par la mer.

  - bibliothécaire à la médiathèque de la Monnaie

Cette histoire absolument authentique de François Edouard Raynal (1830-1898), aurait inspiré à Jules Verne son le plus célèbre : L'Ile mystérieuse !
Dans la nuit du 2 au 3 janvier 1864, le Grafton sombre près de l'archipel néo-zélandais des îles Auckland. Les cinq hommes de l'équipage, tous de nationalités différentes, le capitaine américain, le second français (l'auteur), deux matelots anglais et norvégiens et un cuisinier portugais, trouvent refuge sur une île déserte. Ils passeront plus de vingt mois sur cette terre inhospitalière. Ils utiliseront tout ce qui reste de l'épave, chasseront le lion de mer, attraperont des oiseaux et des poissons, pour survivre ensemble dans des conditions de vie très difficiles, en raison du climat très rude de l'île.
Durant cette aventure extraordinaire, F. E. Raynal, originaire du Sud Ouest de la France, aura un rôle de consolateur et de conseiller. C'est lui qui instaurera des règles sociales nécessaires pour ne pas sombrer dans le désespoir et qui persuadera ses compagnons de construire une barque pour sortir de l'île. Et c'est en 1870, qu'il publiera le récit époustouflant de cette robinsonnade. Un récit très bien écrit qui se lit d'une traite comme un passionnant d'aventure. On ne peut être qu'admiratif devant l'ingéniosité, le courage et la tenacité de ces hommes.

Isabelle - bibliothécaire à la médiathèque de la Monnaie

Vous trouverez ces documents  dans les Médiathèques du Pays de Romans :

Références:

Les Naufragés d'Auckland 
de Raynal François Edouard - La Table ronde - Le réserver ?
Il était une fois le Titanic de Gérard Jager - éd. Archipel - Le réserver ?


Découvrir tous les documents sur le Titanic disponibles dans vos Médiathèques

9 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !