Mots-clés :

Dans ce 40 ans d'histoire d' Espagne défilent. Trois générations se succèdent à travers l'après guerre, le Franquisme, jusqu'au coup d’État du 23 février 1981.
Je suis incapable de faire le
résumé de ce récit. Je pourrais commencer par décrire le personnage de Maria, avocate , qui en menant une enquête se retrouve à fouiller dans son histoire familiale et découvre pourquoi 40 ans avant sa mère s'était suicidée, pourquoi son père était si secret sur certains événements et lui interdisait l'accès à une pièce...Ou alors, je pourrais m'arrêter sur la personnalité d'Andrès adulte psychopathe, mais dans son enfance,  garçon vif passionné par le samouraïs. C'est le père de Maria qui avait fabriqué le sabre offert par son tuteur...
Dans ce tous les personnages ont une histoire qui est liée à celle des autres. Une matasse complexe, difficile à démêler, surtout qu'on navigue entre deux époques. Moi, , je me suis souvent accrochée à un fil en le tenant bien pour ne pas le perdre, mais, j'avoue,  souvent je me suis égarée et j'ai dû revenir en arrière. Malgré cela, je ne me suis pas ennuyée une seule minute, j'ai trouvé ce passionnant et j'admire l'adresse de l'auteur pour manœuvrer tous les fils de l'histoire pendant ces 500 pages.
« La tristesse du Samouraïs » est un à savourer par
petits épisodes comme dans une série télévisée !

- bibliothécaire dans les médiathèques du Pays de Romans

La tristesse du samouraï de Victor del Arbol - Babel noir - Le réserver ?

7 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !