Mots-clés :

Erwan Lahrer a quitté l’industrie musicale il y a une quinzaine d’années pour devenir écrivain. Ce est son septième ouvrage. Grand amateur de , il s’est retrouvé naturellement cette nuit du 13 novembre au Bataclan. Il a en direct l’assaut des terroristes et a reçu une balle dans la fesse. Erwan Larher aborde l’inabordable avec une intelligence incroyable. Comment parler de soi sans prendre toute la place et adopter une position de victime ? Il ne fait pas un livre « sur », mais réussit un livre « autour » grâce à une construction littéraire très particulière où son récit chronologique des évènements est entrecoupé par la réaction de ses proches le sachant au Bataclan ce soir-là. Cet aller-retour « extérieur-intérieur » donne beaucoup de force au récit en mêlant les échos intimes et collectifs.
Avec beaucoup de recul l’auteur aborde cette nuit d’horreur et les mois qui l’ont suivie avec une grande sincérité, beaucoup d’humilité mais également une bonne dose d’humour. Il distille également un message humaniste : face à ce monde violent, pour faire barrage à la barbarie il est temps de partager de la bienveillance, de l’amour et de la fraternité. Le désir de vie doit être plus fort que l’obscurantisme !
Un bouleversant qui donne de l’espoir et l’envie de vivre comme on ne peut l’exprimer qu’après avoir côtoyé la mort.

bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Le livre que je ne voulais pas écrire de Erwan LahrerQuidam. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

3 notes :

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !