Mots-clés :

La téléréalité et notamment Loft Story a ouvert la possibilité d’un nouveau monde pour Mélanie Claux. Elle a vu dans ce programme la possibilité d’être connue, reconnue et admirée. Après un très bref passage dans une émission de téléréalité dont elle doit sa participation à ses attributs physiques, elle n’envisage pas sa vie en dehors de cet univers. Lorsqu’elle devient maman d’un petit garçon Sammy puis d’une petite fille, Kimmy, elle réalise son rêve en créant sa propre chaîne You tube où les abonnés et autres peuvent suivre la vie merveilleuse de cette famille. Evidemment, il y a quelques contraintes : tourner régulièrement des vidéos pour satisfaire les abonnés, trouver des scénarios accrocheurs pour ces vidéos, convaincre les enfants de suivre le scénario inventé par leur mère et de montrer à tous combien ils aiment cette vie. Car pour Mélanie, c’est certain, les enfants aiment cette vie, c’est leur vœu le plus cher. Ils aiment être filmés pour tout et rien, aiment déballer des cadeaux que les marques envoient pour se faire connaître, aiment que pendant une heure ils sont autorisés à acheter tout ce qui commence par la lettre E, même s’ils n’en ont aucune utilité, adorent que les « petits chéris » (comprenez « les abonnés » de la chaine) choisissent pour eux leurs baskets, leurs vêtements…Grâce à leur visage angélique et au travail considérable que fournit Mélanie pour trouver les meilleurs contrats, la chaîne You tube rencontre un véritable succès. Rien d’étonnant que cela suscite des jalousies et qu’un jour la petite Kimmy disparaisse alors qu’elle joue à cache-cache au pied de l’immeuble. Le monde de Mélanie s’écroule. Pire, le kidnappeur l’oblige à tourner des vidéos où elle se met en scène déballant un « cadeau » contenant une preuve qu’il détient Kimmy. Pourquoi tant de haine alors que chaque jour elle reçoit beaucoup d’amour de tous ses abonnés ? Une enquête est alors ouverte pour savoir où se trouve la petite Kimmy et pourquoi elle a été kidnappée. Dans ce , l’auteur dénonce me semble-t-il deux choses. Tout d’abord l’utilisation de l’image des enfants pour créer du contenu. Des parents, convaincus du bien-fondé de ce qu’ils font, filment leurs enfants dans leur quotidien. Les enfants, pour satisfaire leurs parents, n’osent pas dire non, se plient au scénario, se mettent en représentation avec le risque plus tard de développer des troubles comportementaux. L’auteur interroge également sur ce monde imaginaire que le virtuel met à notre disposition via des applications comme You tube, Instagram, Facebook. Grâce à ces dernières, votre vie se peuple d’amis que vous ne connaissez pas la plupart du temps mais qui prennent le temps de « liker » tout ce que vous postez. Vous avez l’impression d’être quelqu’un d’important, l’impression d’avoir enfin cette reconnaissance que vous attendiez depuis longtemps, que des gens comptent sur vous. Le monde virtuel et artificiel créé ne repose sur rien et au final, Mélanie est seule, désespérément seule.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir

Les enfants sont rois de Delphine de Vigan - Gallimard. Le Réserver ?
L'avis de ici

D'autres conseils de lectures sur notre portail

1 notes :

  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Partagez ce billet !