Mots-clés :

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution… Dès les premières minutes nous sommes sous le charme de la jeune Farah, 18 ans, qui chante des poèmes contestataires dans un groupe de rock. Tout au long du film cette jeune fille incarne la soif de liberté de toute une génération, qui ne peut envisager de vivre dans la peur, la résignation, l’oppression et la censure, et cela malgré les risques encourus… La réalisatrice Leyla Bouzid, entend dénoncer les restrictions imposées par le régime, la violence faite aux femmes avant la révolution dite « de jasmin ». En parallèle elle met en valeur l’amour : amour entre deux êtres, entre mère et fille, pour son pays mais aussi amour de la liberté. Ce film illustre aussi la puissance de la qui s’avère être une redoutable arme de liberté et de paix.
A noter que la mère de Farah est interprétée par la chanteuse tunisienne Ghalia Benali. Un très beau film avec des actrices formidables et des textes et musiques remarquables.

- Discothécaire à la médiathèque Simone-de-Beauvoir 

A peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid. Le Réserver ?*

D'autres conseils de sur notre portail
  

2 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !