Mots-clés :

A l'invitation du Musée de la Résistance et du comité local de l'ANACR, j'ai pu assister aux Archives communales de Romans, le mercredi 21 mai, à une rencontre dédicace avec Gabriel Garran. L'homme est à l'image de son écriture, intelligent et humble. Il a retracé brièvement son parcours d'acteur, de réalisateur et de metteur en scène de théâtre. Il a ensuite évoqué comment son travail d'écriture a ouvert des pans entiers de sa mémoire occultés et qu'il croyait oubliés. Il s'est mis à écrire sans pouvoir presque s'arrêter, il a ressenti le besoin de raconter sa vie, ce parcours qui l'a conduit jusqu'à Romans. Il a consacré plus de cent pages à cette ville où il a caché, recueilli par une dame qui l'a protégé. Il a exprimé sa reconnaissance à cette personne et à tous ces Justes qui avec courage ont sauvé tant de vies. Malgré tout ce qu'il a dû endurer, aussi bien dans son livre que dans ses propos, on ne perçoit aucune haine à l'égard des Allemands et des collaborateurs. J'ai passé un très bon moment empreint d'émotion à l'écouter. Il se dégage de sa personne beaucoup d'humanité et de sagesse.

Gabriel Garran, de son vrai nom Gabriel Gersztenkorn, retrace dans cet ouvrage la première partie de sa vie, de l'enfance à l'adolescence. La guerre et l'arrestation de son père en 1941 en raison de ses origines juives, puis sa déportation à Auschwitz qui ont fait basculer sa vie. Avec sa petite soeur, il a dû quitter précipitamment Paris pour entrer dans la clandestinité. Ils ont entamé une vie d'exil qui dura plusieurs années, d'abord sans leur mère puis avec elle. Ils sont passés de la côte Atlantique aux Pyrénées, de la Normandie à la Drôme. Il a connu de multiples métiers : bûcheron, trieur de clous dans une usine de chaussures romanaise, livreur et gardien de chèvres dans un village proche de Romans. Nous partageons le destin de ce jeune homme à travers de nombreux épisodes. Il s'agit dune forme de parcours initiatique où il découvre la folie des hommes mais également la littérature, la politique et l'affection de certaines personnes qui, au péril de leur vie, le cachent et le protègent de la barbarie nazie. A travers son regard nous percevons les différentes facettes des Français sous l'Occupation, des plus lâches aux plus nobles. Ce que j'ai beaucoup apprécié dans ce d'apprentissage, c'est la qualité de l'écriture. Cet homme aujourd'hui, octogénaire, parvient à retrouver l'enfant qu'il fut avec un style vif et percutant où il exprime des sentiments à la fois simples et profonds.
                                         
- bibliothécaire médiathèque Simone de Beauvoir

Géographie française
de Gabriel Garran - Flammarion. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

11 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Médiathèque Monnaie :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !