Mots-clés :

La classe de neige, parenthèse habituellement festive dans la vie scolaire, s’apparente pour Nicolas à un douloureux huis clos où le sentiment d’exclusion sera au rendez-vous. Comme , j’ai senti, dès le début du récit, la menace et le drame planer dans une atmosphère oppressante. Dans ce , la figure rigide du père, son anxiété morbide, ses fantasmes de catastrophe qu’il raconte d’ailleurs de manière irresponsable à son fils Nicolas ont de graves répercussions sur lui : anxiété exacerbée, peur paralysante des situations nouvelles, peur aussi et surtout des gens, besoin en même temps de la reconnaissance des autres, de leur approbation. En fait, pour moi, Nicolas est un enfant sacrifié qui n’a d’autre choix que de se réfugier dans la maladie et le fantasme au point de ne bientôt plus distinguer l’imaginaire du réel. En somme, un bien écrit, sensible, mené de main de maître par un écrivain chevronné.

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques de ValenceRomansAgglo.

La Classe de neige d'Emmanuel Carrère - Gallimard. Le Réserver ?

D'autres conseils de lectures sur notre portail

14 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !