Mots-clés :

Petit bouquin plein de tendresse. Tendresse de cette femme pour la voisine d’en bas. Pour qui elle fait des lectures. Ces propos alimentent ses souvenirs et lui permettent de vivre le quotidien. Tendresse pour les gens qu’elle croise durant le voyage en train qui devait la conduire auprès d’un ancien amoureux. Elle aura de la tendresse pour les enfants qui entourent la maison de cette ancienne flamme. Elle ignorait alors que son homme avait une nouvelle femme dans sa vie, et plus triste encore pour elle, qu’il était devenu père.
L’imagination de la jeune femme est aussi l’exemple d’un imaginaire débridé : pour sa vieille voisine, certes, mais pour elle aussi. Elle se fait tout une histoire du voyageur à la veste de cuir qui le jour, dort et la nuit, reste posté à la fenêtre du wagon.
Nous sommes indifférents à notre imagination : elle est là ou pas, on la met en éveil ou pas.
À réfléchir.
À recommander. 


Le réserver ?
 

Une suggestion de lecture proposée par un lecteur de Montréal membre du club des Irresistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques de Montréal partenaire des Médiathèques du Pays de Romans.

 

7 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !