Mots-clés :

Belgique, 1988. Une mère partie à Dubaï vivre sa nouvelle histoire d'amour, un père quasi-absent qui se réfugie dans le travail, un corps qui commence à se transformer... voilà le décor pour Rosie, 13 ans. Heureusement qu'il y a Nath, sa meilleure amie, pour briser la solitude grandissante qui la ronge. Mais, bientôt, celle-ci finira également par l'abandonner. Alors, il ne restera à Rosie, pour ultime compagnie, que sa bouteille de whisky. Un jour, assise sur le muret, autrefois symbole de son amitié avec Nath, elle rencontre Jo, 16 ans, fan de rock, marginal et mystérieux dans lequel elle va se reconnaître et qui va devenir son univers.
Voilà une chronique juste de l'adolescence, servie par un superbe dessin en noir et blanc. Pas de mots, pas de traits de crayon en trop : les auteurs laissent les séquences vivre, les silences se faire, les images se dérouler sous nos yeux avec une sensibilité et un savoir-faire maîtrisés. Pendant cette lecture, j'ai beaucoup pensé à une autre bd : Le bleu est une couleur chaude de Maroh (lire la critique ici) qui avait suscité en moi la même nostalgie douce-amère. Deux réussites qui mettent en scène de belles histoires d'amour tragiques à travers des adolescentes en proie à la violence de leurs sentiments et du monde extérieur.

- bibliothécaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir          

Le muret de Céline Fraipont et de Pierre BaillyCasterman. Le Réserver?

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

10 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Médiathèque Monnaie :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !