Mots-clés : ,


De Harlem aux soirées décadentes de Manhattan, ‘Douze’ expose froidement le quotidien des jeunes ados marginalisés : c’est l’histoire de White Mike, l’étudiant modèle, fils à papa, dealer pour les intimes, de Hunter, sportif accusé de meurtre après une bagarre sur un terrain de basket, de Laura, blonde sexy folle de mode et de la “Douze”, une drogue de synthèse dont ils abusent tous…

L’auteur avait 17 ans quand il a écrit ce livre. Belle écriture, construite, mature et crue . Cependant, contrairement à ce que j’ai lu un peu partout, ce livre ne m’a pas du tout fait le même effet que celui de Bret Easton Ellis “Moins que zéro” ou les suivant du même auteur.
Je n’ai pas ressenti ce désespoir qui colle à la peau, cette fuite en avant, ce suicide à petit feu, cette folie qui émane des livres de B. Easton Ellis. Ce n’est pas un mauvais roman, ça se lit facilement. On y trouve des jeunes gens issus de familles riches, qui boivent, se droguent, font la fête quasi en permanence. Il y a aussi du sexe, de la frustration, des morts, l’indifférence des parents, de la … Pas d’amour ni d’humour dans cet univers où l’argent est roi, où les jeunes sont livrés à eux-mêmes sans limite, en perte de moralité, de lien direct avec la réalité.

J’ai donc bien aimé même si pour moi, Bret Easton Ellis reste la référence dans le domaine.

Maryjo - bibliothècaire, Médiathèque Simone de Beauvoir.

Références :
Douze de Nick McDonnell - Denoël.
Ce roman est disponible à la Médiathèque Simone de Beauvoir à la cote, R McD, rayon roman.

8 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !