Mots-clés :

Alors qu’en France, on célèbre la victoire sur l’Allemagne nazie, en Algérie… Les Algériens, dont 60000 d’entre eux avaient combattu sur le front contre les Allemands et 12000 étaient morts pour la France aspirent à l’indépendance de leur pays. Ce Mardi 8 mai 1945, des Algériens fêtent la fin de la guerre en Europe. A Sétif, les manifestants demandent la libération du dirigeant nationaliste Messali Hadj, réclament leur indépendance… jusqu'au moment où Bouzid Saal, un jeune homme de 22 ans, brandit le drapeau algérien, est abattu par un policier. Des heurts s’engagent avec les manifestants, l’émeute éclate et des manifestants sont tués. Cent neuf colons seront tués dans la rébellion qui suivra cette manifestation. Dès lors, la répression sera extrêmement brutale. De Sétif, de Guelma, de Kerrata, l’armée perpétue un massacre aux côtés de milices civiles : bombardements, mitraillages des villages, exécutions sommaires, etc. jusqu’au 22 mai. Le bilan de ce déchaînement ne sera jamais connu avec exactitude mais il est estimé entre 10000 et 45000 morts selon les sources.
Albert Camus sera le seul éditorialiste français à dénoncer ces crimes, à parler de massacre, et à réclamer pour l’Algérie, sans pour autant aborder la question de son indépendance, « le régime démocratique dont jouissent les Français ».
Et comme l’écrit l’historien Mohamed Harbi : « la guerre d’Algérie a bel et bien commencé à Sétif le 8 mai 1945 ».

A lire aussi : Messali Hadj de
Benjamin Stora. Le Réserver ?

Que s’est-il exactement passé à Sétif en mai 1945 ? Pourquoi un simple drapeau brandit dans une manifestion qui célèbre la fin de la guerre en Europe a conduit à une répression sanglante ? Comment expliquer l’ampleur d’une répression qui fera entre vingt et trente mille morts parmi les Algériens ? L’auteur, historien, met en lumière l’un des épisodes les plus tragiques de la colonisation française en Algérie. A travers des témoignages, d’archives, il relate avec précision le déroulement de cet autre 8 mai 1945 à Sétif. Cet essai permet de mieux comprendre les circonstances historiques et le déroulement des évènements.

Sétif 1945, chronique d’un massacre annoncé de -Louis Planche - Perrin. Le Réserver ?

- bibliothécaire à la Médiathèque de la Monnaie

D'autres conseils de lectures sur notre portail 

10 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Médiathèque Monnaie :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !