Mots-clés :

Une Italienne qui écrit un tel sur l’Allemagne nazie dans lequel le personnage principal est une Allemande récalcitrante au régime tient du tour de force. C’est un qui m’a tenu en haleine jusqu’à la dernière ligne. Rosella Postorino a une écriture qui déroute parfois : elle superpose des événements qui ont eu lieu à des moments différents. Sa perspective est souvent trompeuse, mais on s’y fait assez rapidement si on fait le moindrement attention. Si bien qu’on y découvre une certaine originalité de style.
Le titre original (Le Assaggiatrici) signifie « les dégustateurs ». En fin de compte, on aurait dû le traduire par « Les Goûteuses d’Hitler », car en fait, elles sont dix. Dix femmes chez qui se tissent des liens plus ou moins serrés et Postorino de nous faire sentir que ces relations se font petit à petit, tout doucement, chapitre après chapitre (il y en a 48), tout au long d’un quotidien des plus ordinaires. Une écriture tout en finesse. J’ai bien hâte qu’on traduise ses trois premiers romans !

Une suggestion de lecture proposée par un  de Montréal membre du club des Irrésistibles du Réseau des Bibliothèques Publiques Montréal partenaire des Médiathèques de ValenceRomansAgglo.


La goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino - Albin Michel. Le Réserver ?
L'avis de ici

D'autres conseils de lectures sur notre portail

8 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Articles portant sur des thèmes similaires :

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez ce billet !